vendredi 23 août 2019
A VOIR

|

Vidéo – Territoriales : Teiva Manutahi compte bien continuer sans Herefenua

Publié le

Publié le 31/01/2018 à 9:27 - Mise à jour le 31/01/2018 à 9:27
Lecture 2 minutes

À peine créé, le mouvement Herefenua a éclaté. Mardi, moins d’une semaine après sa première réunion publique, Radio 1 annonçait que la liste se séparait  de deux de ses membres. “C’est une plateforme sur laquelle nous allons nous entendre malgré les différences”, assurait pourtant Bruno Sandras, leader de la plateforme. 

Aujourd’hui, pour Natacha Helme, ex-porte-parole de En Marche Polynésie qui avait rejoint Herefenua, “finalement la plateforme n’existe pas. Je ne pense pas qu’elle ait vraiment existé. Ça a été un début de constitution d’un rassemblement, d’une plateforme. Un nom qui a été pris au vol, mais qu’on n’avait même pas encore validé. Sachez qu’additionner des hommes et des femmes, c’est le plus difficile des exercices. Et aujourd’hui, c’est ce qui fait la situation de cette plateforme qui s’était mise en place.”

En Marche a pris ses distances avec Herefenua. “Du fait d’un communiqué, et parce que nous n’avons pas d’instructions claires de Paris, nous avons décidé de retirer La République en Marche de toutes négociations ou plateforme politique qui puisse exister pour les territoriales. Du coup, je retrouve cette liberté de pouvoir agir et décider avec qui je pourrais travailler.” 

Invité de notre journal mercredi soir, Teiva Manutahi a assuré qu’on “ne les as pas mis dehors” Clarenntz Vernaudon et lui. “Ils (En Marche, NDLR) se retirent de la même manière que Bruno Sandras a décidé de ne pas poursuivre (….) Il n’y a pas de divorce, il n’y a pas eu de dispute, de dissentions. Il y a simplement une prise de position différente puisque la configuration n’est plus la même. (…) Le ticket c’était avec En Marche. En Marche n’y va plus. Par voie de conséquence, Bruno non plus. C’est eux qui arrêtent. Nous, on continue.” 

Teiva Manutahi compte donc tout de même se présenter pour les territoriales. “Nous allons proposer une alternative et une plateforme la plus large possible. Les bonnes volontés, les chefs d’entreprise et les jeunes aussi, qui veulent déposer leur candidature, s’engager en politique. (…) Nous les accueillerons les bras ouverts”, appelle Teiva Manutahi sans préciser s’il se présentera sous la bannière de Porinetia Ora ou avec une autre plateforme.

Rédaction web 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

<