dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

Vidéo – Tavini – Tahoeraa : “nous ne nous rapprochons pas pour la politique” assure Flosse

Publié le

Publié le 04/11/2018 à 9:41 - Mise à jour le 04/11/2018 à 9:41
Lecture 4 minutes

Qu’est-ce que ça vous inspire ces résultats en Nouvelle-Calédonie ? 
“Je voudrais d’abord féliciter l’ensemble des électeurs puisque la participation est importante : 85% je crois que c’est du jamais vu en Nouvelle-Calédonie. Et puis le résultat est quand même encourageant pour les indépendantistes puisque souvenez-vous, dans les sondages, le non à l’indépendance atteignait 70% et le oui 30%. Or, l’écart n’est pas aussi important que cela : 56% et 44%. Je pense que le Président de la République a manqué un peu de tact. Quand on analyse son intervention, il n’y a aucun mot pour ceux qui ont voté pour l’indépendance. Je pense qu’aujourd’hui la France ne peut pas les rejeter d’un revers de main. (…) Je pense qu’il faut réfléchir et arriver à un statut qui fasse que tous les Calédoniens puissent travailler ensemble. (…) On voit bien que du côté des Kanaks et des Caldoches, le désir est de travailler ensemble pour l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. (…) Ils ont de la chance parce qu’ils ont pu s’exprimer eux les Calédoniens : ceux qui sont pour, ceux qui sont contre. Ils se sont exprimés pour dire quel avenir ils voient pour leur pays. Alors que nous ici en Polynésie, qui décide de notre avenir ? Un fonctionnaire d’État qui vient ici 2 ans, 3 ans… On ne nous demande pas à nous notre sentiment sur l’avenir. C’est l’État français qui décide. Je pense que là, il devrait y avoir un peu plus de démocratie.”

C’est à dire monsieur Flosse que si le référendum avait eu lieu ici en Polynésie, vous auriez glissé quel bulletin dans l’urne ? 
“Je ne suis pas pour un vote brutal indépendance ou non. Le Tahoeraa Huiraatira a toujours été opposé à une coupure nette entre nous et la France. Moi je pense qu’un statut du type État souverain associé à la France serait, je pense, le statut qui conviendrait à la Polynésie et pourquoi pas à la Nouvelle-Calédonie, car on ne peut pas, encore une fois, rejeter les Kanaks. Ils sont chez eux.”

Vous êtes fermement opposé à l’indépendance et pourtant, on vous voit vous rapprocher d’Oscar Temaru récemment ?
“Et oui, mais nous ne nous rapprochons pas pour la politique. Je suis allé à l’arrivée d’Oscar Temaru pour protester contre la mesure d’inéligibilité qui a été prise contre lui. Ça, c’est une injustice flagrante.”

Vous adhérez à la plainte déposée par le Tavini contre les Présidents français pour crime contre l’humanité ?
“Non je ne l’ai pas lue… Mais c’est un cri de désespoir de la part d’Oscar Temaru lorsqu’on l’écarte de la vie politique de ce pays, lui qui a travaillé pour ce peuple pendant près de 50 ans. Parce que les renseignements qu’il avait donnés ne sont pas suffisants, on le rend inéligible et il est hors jeu. Pour quelle raison ? De même que pour la révision du procès de Pouvanaa, j’étais présent à la stèle pare que je considère, à moins que je me trompe : le fait d’annuler le jugement n’annule pas les accusations contre Pouvanaa. Ces accusations demeurent : “Pouvanaa a incendié la ville de Papeete, Pouvanaa avec un stock d’armes chez lui, des munitions, etc., mais c’est faux, tout le monde sait que c’est faux” (…).”

Quelle est la dimension stratégique pour vous ? 
“Notre stratégie, c’est de sortir les 55 000 chômeurs, les sortir de la pauvreté. Sortir les 55 000 Polynésiens qui vivent au-dessous du seuil de pauvreté, les sortir de là. Avec l’aide de l’État oui. Nous sommes français. De même que l’État aide les Guadeloupéens, les Martiniquais, le Réunionnais. Pourquoi est-ce qu’il n’aiderait pas les Polynésiens ? Nous sommes français et même plus français que les autres parce que nous avons contribué à donner à la France l’arme nucléaire. Aucun pays au sein de la République ne s’est sacrifié comme nous nous sommes sacrifiés pour la France. Et aujourd’hui grâce à cette bombe atomique, la France est au même niveau que la Russie,  que les États-Unis (…) La France a tendance à oublier cela.”

En tout cas hier (samedi, NDLR) vous n’étiez pas au tour de l’île organisé par le Tavini. Parait-il que vous étiez à Moorea pour rencontrer Evans Haumani. Les municipales approchent à grands pas. Est-ce qu’il y a des mises au point à faire avec les tavana Tahoeraa ? 
“Ça, c’est un autre point. Mais vous savez avec Oscar Temaru, ce n’est pas le problème politique, les élections. Nous sommes en train d’étudier pour voir quelle stratégie mettre en place pour sortir le pays de cette situation.”

Vous êtes le seul à rencontrer Oscar Temaru. Vos militants, vos cadres du parti ne sont pas là quand vous allez à l’aéroport, à la stèle. Est-ce que votre parti est d’accord avec cette stratégie d’union avec le Tavini ? 
“Oui, d’ailleurs il est arrivé souvent aux représentants à l’assemblée Tahoeraa Huiraatira, de voter avec  le Tavini pour approuver les projets du gouvernement lorsqu’il s’agit de l’intérêt général. (…) Par exemple, nous allons étudier la modification de la loi statutaire qui nous est soumise par le gouvernement français. On nous demande à nous de donner simplement un avis sur ce que sera notre avenir. C’est inacceptable. C’est nous qui devons décider de notre avenir. Or on nous dit “vous avez 30 jours pour nous dire si ce statut est bon pour vous ou pas parce que c’est nous qui vous l’imposons, nous l’État français.”

Donc vous êtes d’accord sur certains points avec le Tavini. Vous votez ensemble notamment à Tarahoi, vous voterez ensemble pour les municipales ? Y a-t-il une stratégie qui se profile ? 
“Nous n’avons pas encore parlé des élections. Encore une fois notre stratégie c’est sur le vote de certaines lois, de certaines délibérations. Un vote ensemble à l’assemblée. Par exemple, nous allons nous réunir pour discuter de la prochaine loi organique sur le statut. Moi je vais proposer un vote opposé contre cette loi. On nous demande quel est notre avons sur notre avenir alors que c’est nous qui devons dire “voici ce que nous voulons pour nos enfants, nos arrières petits enfants, pour l’avenir”. Or ce n’est pas le cas aujourd’hui.”  

 

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X