mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Vidéo: Edouard Fritch: « Je veux bâtir mon gouvernement autour de trois blocs »

Publié le

Publié le 18/05/2018 à 8:56 - Mise à jour le 18/05/2018 à 8:56
Lecture 2 minutes

Avec 39 voix, Edouard Fritch s’est vu porté à la tête du Pays par les élus de sa majorité Tapura, mais aussi par une voix venue de l’autre parti autonomiste, le Tahoera’a. C’est donc avec une large majorité et les coudées franches qu’il va entamer ce nouveau quinquennat.

« Le mérite revient à nos électeurs du Tapura et surtout à nos représentants à l’assemblée (…) c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai vécu cette matinée. »  explique l’homme fort du Pays. Revenant sur la campagne qui a été quelque peu houleuse, il estime que celle-ci « a vraiment été difficile. », se demandant s’il fallait « en arriver jusqu’à ce niveau d’échange entre les différents candidats. »

Faisant allusion aux discours prononcés vendredi matin à l’apf de la part des deux autres prétendants au poste, à savoir Geffry Salmon pour le Tahoeraa et Oscar Temaru pour le Tavini, le président du Pays espère que c’était « le dernier round. », et qu’il était temps « de baisser les fanions et de mettre en avant le drapeau du Pays ».

Concernant la 39ème voix surprise venu renforcer la majorité présidentielle, Edouard Fritch tempère. « Je ne sais pas d’où elle vient (…) je ne veux pas paraître comme celui qui veut être hégémonique et ramasser tous les élus ». Quant à  savoir si il était prêt à accueillir les élus Tahoeraa qui désireraient rejoindre son groupe, il se déclare ouvert mais, « c’est le groupe Tapura qui décidera, je ne veux pas perturber la cohésion de celui-ci, ni vexer mes électeurs. »

Autre sujet abordé, la composition de son gouvernement qu’il devrait annoncer mercredi. Sur la parité, il espère l’atteindre, reconnaissant que cela n’allait pas être facile. « Il y aura des femmes, je veux constituer un gouvernement autour des axes que nous avons développés ». La famille, le rattrapage social, les SDF, la jeunesse et les seniors, autant de défis qu’il compte mener à terme.

Il compte bâtir son gouvernement autour de trois blocs. Le premier bloc sera plus axé sur le social. « Je veux constituer une certaine logique autour de la problématique du social dans notre pays, et il faut que cela soit lié. Il part du problème de la famille et il fini par la santé, voire même de la prévention puisque tout cela est lié ».

Autre bloc, l’économie bleu. « Il faudra que l’on regarde comment, avec l’économie et les finances, nous puissions avoir des liens faciles à gérer de façon à ce que les finances du Pays soient à la disposition de ceux et celles qui veulent développer le Pays, donc des investissements. »

Troisième et dernier bloc, « des ministères de soutien qui apporteront les moyens qui satisferont l’ensemble de nos ministères. J’essaie d’imaginer quelque chose qui va quelque peu changer la vision des ministères. Ce ne sera plus portefeuilles par portefeuilles comme il a toujours été fait, mais ce sera par priorité. »
 

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Street shop : les peines allégées en appel

L'année dernière, les 3 prévenus avaient été relaxés pour l’offre et la détention de graines, la réglementation à l'époque des faits ne...

Bac 2020 : l’oral de français annulé, le contrôle...

Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a annoncé jeudi qu'il n'y aurait pas cette année d'épreuve orale de bac de français pour les lycéens de Première. Comme pour les autres épreuves du bac 2020, le français sera noté en fonction du contrôle continu pour les 2 008 élèves de Première en Polynésie.

Des collégiens participent à la mise en valeur du...

Contribuer à la préservation du marae Taputapuatea en aidant à le mettre en valeur, c’est le challenge relevé par des élèves d’une classe patrimoine du collège de Faaroa à Raiatea. L’espace d’une journée, élèves, professeurs, parents d’élèves et responsables du site, se sont donnés la main pour le toilettage de quelques plateformes. L’occasion pour certains de renouer avec le passé…

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV