jeudi 17 juin 2021
A VOIR

|

Vidéo – Bouissou : « Gaston Flosse essaie de corrompre tout le monde sur le plan intellectuel »

Publié le

Publié le 16/01/2018 à 14:37 - Mise à jour le 16/01/2018 à 14:37
Lecture 2 minutes

À l’approche des territoriales, le président du Tahoeraa Huiraatira s’est rendu à Abu Dhabi pour rencontrer le milliardaire   Suhail Al Dhaheri. 
Sur le plateau de TNTV, Gaston Flosse assurait que l’homme aurait promis de prêter 500 milliards de Fcfp à la Polynésie si le Tahoeraa revenait au pouvoir. Une somme qui servirait entre autres à la réalisation du Tahiti Mahana Beach. 

Mais selon Édouard Fritch, Al Dhaheri ne souhaite pas investir en Polynésie. Edouard Fritch aurait eu des contacts avec l’homme d’affaires en 2016. À l’époque, le président du Pays lui a demandé 8 milliards de Fcfp pour des travaux d’équipement. Une requête restée sans suite. 

 Jean-Christophe Bouissou prévient : « je crois qu’il faut faire attention. Gaston Flosse essaie de corrompre tout le monde sur le plan intellectuel. Tantôt il parle d’investisseurs, ensuite il parle d’un prêt. Hier je crois qu’il a parlé de mettre en place un joint venture. » 

Le gouvernement préfère se concentrer sur la réduction de l’encours actuel du Pays. « Vous savez, aujourd’hui, le niveau d’endettement du Pays est de 83 milliards de Fcfp. (…) Il propose d’emprunter 500 milliards de Fcfp. (…) Vous imaginez le niveau de remboursement annuel qu’on devra consentir. C’est plus que tout le budget d’investissement du Pays, plus de 20 milliards de Fcfp qui seraient dédiés au remboursement de l’emprunt auprès du prince arabe. »

Le ministre de l’Aménagement interpelle Gaston Flosse : « J’ai une question à poser à monsieur Flosse : puisqu’il veut endetter le Pays à ce point-là, quels sont les impôts demain que proposent le Tahoeraa Huiraatira au niveau de la population pour rembourser le prêt qu’il effectue auprès de son prince arabe ? » 
 

Rédaction web 

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.