jeudi 13 mai 2021
A VOIR

|

Une proposition de loi sur le nucléaire bientôt débattue à l’Assemblée nationale

Publié le

Moetai Brotherson a annoncé ce vendredi lors d’une conférence de presse l’examen de sa proposition de loi sur le nucléaire à l’Assemblée nationale. Ce texte a pour objectif de demander à l’État une meilleure prise en charge des victimes et leurs descendants en les plaçant officiellement sous le statut de pupille de la Nation. Il prévoit aussi la mise en place d’une commission sur le volet environnemental des conséquences des essais, et notamment la dépollution des sites.

Publié le 23/04/2021 à 16:50 - Mise à jour le 23/04/2021 à 16:50
Lecture 2 minutes

Moetai Brotherson a annoncé ce vendredi lors d’une conférence de presse l’examen de sa proposition de loi sur le nucléaire à l’Assemblée nationale. Ce texte a pour objectif de demander à l’État une meilleure prise en charge des victimes et leurs descendants en les plaçant officiellement sous le statut de pupille de la Nation. Il prévoit aussi la mise en place d’une commission sur le volet environnemental des conséquences des essais, et notamment la dépollution des sites.

Le 17 juin prochain, l’Assemblée nationale examinera la proposition de loi du député polynésien relative aux conséquences des essais nucléaires. Les parlementaires évoqueront le volet environnemental et la dépollution de Moruroa, mais il sera surtout question de santé. Le texte a pour but d’améliorer l’accompagnement des victimes du nucléaire sur le plan médical. « Des victimes qu’elles soient polynésiennes ou les autres. Il y a aussi ceux qui ont vécu les essais au Sahara. Si vous êtes victime aujourd’hui des essais nucléaires et que vous êtes indemnisé, on vous donne une fois une somme d’argent et après vous continuez à vivre avec votre ou vos cancers parce que certains ont de multiples pathologies. Et il faut vous soigner et ça coûte des sous », relève Moetai Brotherson.

Les descendants de ces victimes seront également au cœur des débats. Le député indépendantiste souhaite demander à l’État de les placer sous le statut de pupille de la Nation. Une qualité attribuée en général à tout enfant de moins de 21 ans dont les parents ont été victimes de guerre ou bien d’actes de terrorisme. « Je pense que c’est à l’État de prendre en charge, pas tout mais une partie. Au moins l’éducation des enfants, indique le député. Il y a un certain nombre de règles qui découlent du statut de pupille de la Nation et qu’on pourrait peut-être transposer. »

Enfin, Moetai Brotherson a annoncé la mise en place en août prochain d’un colloque sur le cannabis. Il se tiendra à l’Université de la Polynésie française, et passera en revue les avantages et les inconvénients du paka sur le plan de la santé, de la justice et de l’économie. Un débat qui défraie la chronique depuis quelques semaines au fenua mais également en métropole. « Les opportunités existent. Je ne suis pas le seul à le dire puisque c’est déjà inscrit dans le plan de développement 2025 du gouvernement actuel, précise Moetai Brotherson. Donc vous voyez bien que même si on n’est pas de la même couleur, au moins on s’accorde sur le vert. »

Le colloque sur le cannabis se tiendra sur 3 jours. Il sera retransmis sur Internet pour permettre au grand public de participer aux débats et suivre les interventions de spécialistes internationaux et du fenua.

infos coronavirus