Un ingénieur, un agrégé et deux lieutenants du Tavini dans le futur gouvernement

Publié le

Dix ministères et une vice-présidente : la liste du nouveau gouvernement du Tavini n’est pas encore bouclée mais certains portefeuilles ont déjà été attribués et des noms annoncés en direct hier soir, par Moetai Brotherson sur TNTV. Education, Culture, Equipement ou encore Fonction publique : le tour des ministrables choisis par le futur président du Pays.

Publié le 01/05/2023 à 17:31 - Mise à jour le 02/05/2023 à 11:39

Dix ministères et une vice-présidente : la liste du nouveau gouvernement du Tavini n’est pas encore bouclée mais certains portefeuilles ont déjà été attribués et des noms annoncés en direct hier soir, par Moetai Brotherson sur TNTV. Education, Culture, Equipement ou encore Fonction publique : le tour des ministrables choisis par le futur président du Pays.

Depuis qu’il a annoncé sa candidature à la tête de la présidence, Moetai Brotherson a distillé quelques noms sur la composition de son futur gouvernement. Lui-même en charge du numérique et de l’audiovisuel, il avait annoncé devant la presse avant le premier tour de scrutin Eliane Tevahitua comme vice-présidente. Celle-ci sera également chargée des portefeuilles de la Culture, de l’Artisanat, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Malgré sa longue expérience au sein de la commission de la Santé de l’assemblée, cette figure du Tavini a exprimé son souhait de passer à autre chose, quitte à transmettre ses connaissances au futur ministre de la Santé.

Secrétaire générale du Tavini depuis 2019, Vannina Crolas, incarnera le poste de ministre de la Fonction publique. C’est l’une des nouvelles annonces faites en direct dimanche soir par Moetai Brotherson, sur TNTV. Lieutenante Tavini parmi les plus fidèles et les plus proches d’Oscar Temaru, Vannina Crolas est à la direction générale des services de Faa’a depuis 2002 ; diplômée de l’université de Bordeaux et de l’Institut d’administration des entreprises de Bordeaux, elle est également passée à l’OPT. D’abord au poste de contrôleur de gestion puis en tant que chef de la division des affaires budgétaires. 

Premier agrégé du fenua en reo tahiti, Ronny Teriipaia, sera quant à lui, ministre de l’Education. Professeur des écoles plus de 15 ans, il a également été président des jeunes du Tavini entre 2009 et 2010. Aujourd’hui doctorant, il termine une thèse sur la culture catholique et traditionnelle autochtone maohi en Polynésie française. Contacté par TNTV, il se dit « honoré » d’avoir été choisi et reconnaît que la « tâche ne sera pas facile et qu’il faudra constituer une équipe solide » pour mettre en œuvre le programme du Tavini sur l’éducation. À commencer par faire du reo maohi une langue officielle avec un renforcement de son enseignement de la maternelle à la terminale. Le programme prévoit également de « renforcer l’enseignement de la culture et surtout de l’histoire de la Polynésie ». « Le fait que les jeunes ne connaissent pas leur histoire contribue au fait qu’ils n’ont pas de repères », défend Ronny Teriipaia.

Nouveau venu, Jordy Chan, 29 ans, prendra le portefeuille des Grand travaux, de l’Equipement et des Transports terrestres. Actuellement directeur adjoint développement et études prospectives du Port autonome, Jordy Chan est né en Polynésie et y a vécu 18 ans. Après une prépa scientifique au prestigieux lycée Saint-Louis, à Paris, il a intégré l’École nationale des Ponts et chaussées ParisTech. Il est également passé par la Banque mondiale. Une expérience qui lui a permis de travailler sur le développement et le financement de projets d’infrastructures de transport dans les pays en développement, notamment en Afrique sub-saharienne ou pour l’Onu à Haiti.

Notons qu’un portefeuille sera également proposé à la minorité, mais pas forcément à un élu de l’Assemblée de la Polynésie française. A Here ia porinetia, arrivé en 3e position du second tour, a notamment clairement redit hier soir qu’il déclinera toute proposition du Tavini. Enfin, le futur chef de l’exécutif a également indiqué que le ministre de la Santé ne sera pas un médecin, mais un profil issu de l’administration de la santé.

Dernières news

Activer le son Couper le son