mardi 1 décembre 2020
A VOIR

|

Un 30ème congrès des communes axé sur l’environnement

Publié le

Du 30 juillet au 2 août, Rikitea accueillera le 30ème Congrès des communes. C’est la première fois que les élus communaux tiendront leur congrès en dehors de Tahiti depuis le début de leur mandature. 200 élus sont attendus aux Gambier, mais parmi eux très peu de maires de Tahiti. Durant 3 jours, il sera question d’environnement, principal levier de développement des archipels.

Publié le 26/07/2019 à 17:30 - Mise à jour le 26/07/2019 à 17:32
Lecture 2 minutes

Du 30 juillet au 2 août, Rikitea accueillera le 30ème Congrès des communes. C’est la première fois que les élus communaux tiendront leur congrès en dehors de Tahiti depuis le début de leur mandature. 200 élus sont attendus aux Gambier, mais parmi eux très peu de maires de Tahiti. Durant 3 jours, il sera question d’environnement, principal levier de développement des archipels.

Le dernier rassemblement annuel des élus communaux du fenua avant les municipales de 2020 aura lieu la semaine prochaine, et aura pour cadre les Gambier. Durant 4 jours, les participants vont travailler autour de problématiques liées à l’environnement, principale richesse des archipels. Le syndicat des maires veut les inciter à lancer des microfilières.

« L’environnement concerne tout le monde. On doit tirer des ressources de notre environnement : à travers, par exemple, la production de sel, d’huile vierge de coco etc. On doit inciter les maires à initier des microfilières de développement pour les populations des îles. On a que notre environnement comme richesse, on doit le valoriser, et on a un savoir-faire. (…) La commune ne doit pas attendre le Pays, l’État. Elle doit proposer, initier, avancer » a expliqué Frédérix Teriiatetoofa, 2ème vice-président du Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française (SPCPF).

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« L’individu n’est pas au-dessus de son environnement, il n’est même pas avec son environnement, il est au cœur de son environnement, pour ne pas dire qu’il est l’environnement. (…) Il faut que l’élu, avec tout son cœur, toutes ses émotions, avec son histoire, puisse se positionner en tant qu’environnement, pour pouvoir ensuite agir, et réaliser des actions pour protéger cet environnement. Et il n’est pas tout seul, il peut être accompagné par différents partenaires, avec le Pays, avec les associations, avec les habitants de sa commune… (…) L’environnement doit être un levier pour développer, donner un pouvoir d’achat à sa population. (…) On va demander aux élus d’agir » a ajouté Pauline Niva, élue formatrice au Syndicat des communes.

À sept mois des municipales, la question du scrutin est quant à elle totalement absente du programme officiel. 200 élus sont attendus à Rikitea à partir de dimanche. 38 communes sur les 48 seront représentées. Et parmi les maires de Tahiti, seuls 2 sur les 12 ont prévu de se déplacer. « Libre à chacun de se positionner dans ce congrès. On n’est pas obligé d’y être, on n’oblige pas les gens à venir. On est là pour les accueillir, on est là pour leur offrir un espace où on peut échanger sur des questions environnementales » a précisé Pauline Niva.

Point fort de ce congrès des communes, la visite, mardi 30 juillet, à l’ouverture, du ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales. Sébastien Lecornu (retrouvez son programme officiel ICI) viendra présenter aux élus présents le projet de loi sur la réforme du statut de l’élu local.

Le programme du congrès :

infos coronavirus