jeudi 3 décembre 2020
A VOIR

|

Turama : le mode d’élection des sénateurs

Publié le

Les grands électeurs de Polynésie seront amenés à choisir les deux nouveaux sénateurs de la Polynésie, et leurs suppléants, le 27 septembre prochain. Les candidats ont jusqu'à vendredi pour déposer leur candidature auprès du haut-commissariat. Quel est le rôle d’un sénateur ? Pour combien de temps est-il élu ? De quelle manière le scrutin va-t-il se dérouler ? Qui sont les candidats d’ores et déjà déclarés ? La rubrique Turama vous éclaire sur les élections sénatoriales.

Publié le 08/09/2020 à 9:40 - Mise à jour le 08/09/2020 à 9:44
Lecture 2 minutes

Les grands électeurs de Polynésie seront amenés à choisir les deux nouveaux sénateurs de la Polynésie, et leurs suppléants, le 27 septembre prochain. Les candidats ont jusqu'à vendredi pour déposer leur candidature auprès du haut-commissariat. Quel est le rôle d’un sénateur ? Pour combien de temps est-il élu ? De quelle manière le scrutin va-t-il se dérouler ? Qui sont les candidats d’ores et déjà déclarés ? La rubrique Turama vous éclaire sur les élections sénatoriales.

Les élections sénatoriales 2020 auront lieu le dimanche 27 septembre. 728 grands électeurs sont appelés à choisir les deux nouveaux sénateurs de la Polynésie, en remplacement de Lana Tetuanui et Nuihau Laurey, les candidats du Tapura Huiraatira élus en mai 2015.

Parmi ces grands électeurs, on retrouve les cinq parlementaires polynésiens : les deux sénateurs sortants et les trois députés.

Sont aussi appelés aux urnes, les 57 représentants à l’assemblée de la Polynésie et les 666 délégués issus des conseils municipaux : 441 délégués des îles du Vent, 106 délégués des îles Sous-le-Vent, 64 des îles Tuamotu-Gambier, les 30 élus des Marquises et les 25 élus des Australes.

Les deux candidats qui obtiendront la majorité le 27 septembre siégeront durant six ans au Palais du Luxembourg, le siège du Sénat, auprès des 346 autres sénateurs de la République.

Dans l’hémicycle, ils se répartissent par groupes politiques qui doivent comprendre au minimum dix élus.

Le Sénat et l’Assemblée nationale constituent le Parlement et détiennent le pouvoir législatif. Cependant, le Sénat ne peut en aucun cas être dissout.

Les sénateurs examinent les projets de loi soumis par le gouvernement central et vérifient que les lois votées soient bien appliquées.

Les deux sénateurs polynésiens disposent ainsi de plusieurs leviers pour défendre les dossiers du fenua. Ils peuvent par exemple proposer de modifier un projet de loi à la faveur du Pays, en déposant des amendements.

Le scrutin du 27 septembre sera ouvert aux grands électeurs polynésiens de 8 h 30 à 11 heures. En cas de second tour, le scrutin se poursuivra l’après-midi de 15 h 30 à 17 h 30.

A ce jour, quatre listes ont annoncé leur candidature :

– Teva Rohfritsch et Lana Tetuanui sont les candidats du Tapura Huiraatira. Ils ont respectivement pour suppléants le maire de Moorea Evans Haumani et la tavana de Hiva Oa, Joëlle Frébault.

– Le Tavini Huiraatira s’engage avec Oscar Temaru et Michel Villar. Eliane Tevahitua et Teumere Atger sont suppléantes.

– Les élus du groupe à l’assemblée A here ia Porinetia, Nuihau Laurey et Sylviane Terooatea briguent également le Sénat avec une liste libre et sans nom. Toutefois les candidats précisent qu’elle est soutenue par plusieurs mouvements politiques dont le Tahoeraa Huiraatira. Christiane Kelley du Tavini Huiraatira de Moorea est la suppléante de Nuihau Laurey. Pour l’instant Sylviane Terooatea n’a pas encore de suppléant. Félix Tokoragi n’a pas été retenu. Le syndicat des Tuamotu devrait désigner ce mardi le candidat, puisque ce sera un représentant de cet archipel.

– Les écologistes sont également en course avec Jacky Bryant et Raïssa Bruneau. Mélodie Teariki et Maxime Hauata sont les candidats suppléants.

– Christian Vernaudon se donne jusqu’à vendredi pour prendre une décision quant à sa participation ou non aux sénatoriales.

Les déclarations de candidature doivent être déposées au haut-commissariat avant ce vendredi 11 septembre, 18 heures.

infos coronavirus