jeudi 22 août 2019
A VOIR

|

Transports interinsulaires : Le projet de loi a été adopté

Publié le

Publié le 21/09/2015 à 17:04 - Mise à jour le 21/09/2015 à 17:04
Lecture 2 minutes

C’est une paix précaire qui s’est instaurée entre le gouvernement et le Tahoeraa. Pour faire valider son projet de loi, Edouard Frich devait rassembler 29 voix. Seuls 24 élus le soutiennent. Le gouvernement a modifié son texte et inclu les 2 amendements du parti orange, qu’il avait pourtant rejetés à plusieurs reprises.
“Nous allons voter ce texte parce qu’enfin il a été amendé, parce qu’enfin les choses sont clarifiées, parce qu’enfin le texte va être gagnant-gagnant pour les populations des îles les plus éloignées, pour les professionnels  qui sont déjà installés et également pour la puissance publique par l’assemblée et le gouvernement” a déclaré Sandra Levy Agami, représentante Tahoeraa à l’assemblée de la Polynésie française. 

Mais l’UPLD maintient sa position. Le parti affirme que le texte sur le transport maritime et aérien manque de maturité. Surtout lorsqu’il propose la libre concurrence pour faire baisser les prix et les subventions du Pays. L’union brandit alors le spectre des armateurs étrangers qui viendraient s’installer au fenua.
 “Il y a un certains nombre d’interrogations sur plusieurs points notamment en matière de protection du marché local … soit on est dans la concurrence libre,  soit on est dans le cadre d’une desserte réglementé.“, explique Antony Geros, président du groupe UPLD à l’assemblée. “Dans le cadre d’une délégation de service publique on a la main pour organiser l’appel à la concurrence. Mais dans le cadre d’une libre concurrence on ne pose même pas la question. Il suffit d’avoir les moyens pour se placer sur la ligne et on exerce l’activité”, ajoute t-il.

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, déclare de son côté que “la concurrence n’est pas d’appeler des compagnies extérieurs comme l’on fait certains pour le transport aérien. De venir ici concurrencer nos armateurs. Nos armateurs font du bon boulot.Ce n’est pas notre volonté que des concurrents européens, ou chinois ou coréens viennent ici perturber le marché.
 
Le texte a finalement été adopté par les 47 élus, du Tapura huiraatira, de A tia Porinetia, du Tahoeraa Huiraatira. Mais aussi par une élue UPLD. Joelle Frebault, qui représente les Marquises, affirme que son soutien a pour unique but de désenclaver les archipels éloignés.
 

Reportage de Esther Parau Cordette et Sam Teinaore

Interview de Antony Geros, le président du groupe UPLD à l’assemblée de la Polynésie française

Interview de Edouard Fritch, le président de la Polynésie française

Interview de Sandra Levy Agami, représentante Tahoeraa à l’assemblée de la Polynésie française

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.