Tiare Trompette Dezerville : « Il est important de pouvoir protéger nos ressources, nos océans ».

Publié le

Candidate dans la section 1 pour le Tapura Huiraatira, dans le cadre des élections territoriales, Tiare Trompette Dezerville était l’invitée du journal de TNTV, vendredi soir. Environnement, éducation, emploi, prise en charge de nos aînés mais aussi culture et numérique étaient au centre de cette interview.

Publié le 08/04/2023 à 9:33 - Mise à jour le 27/12/2023 à 15:50

Candidate dans la section 1 pour le Tapura Huiraatira, dans le cadre des élections territoriales, Tiare Trompette Dezerville était l’invitée du journal de TNTV, vendredi soir. Environnement, éducation, emploi, prise en charge de nos aînés mais aussi culture et numérique étaient au centre de cette interview.

TNTV : Vous travaillez dans l’éducation comme conseillère pédagogique. Avec le Tapura Huiraatira vous comptez lutter contre l’échec scolaire, comment ?

Tiare Trompette Dezerville : « Aujourd’hui, l’éducation est un domaine sur lequel il faut absolument travailler. Le programme du Tapura Huiraatira est de mettre en avant des leviers qui vont permettre de lutter contre l’échec scolaire : la diminution des effectifs dans les classes dans les établissements scolaires non identifiés du réseau éducation prioritaire, mais aussi l’accompagnement des enfants en difficulté sociale grâce à un partenariat qui a été établi entre la Santé, la DGEE et la DSFE. Nous avons aussi l’idée de pouvoir promouvoir des projets innovants, qui relèvent du bien-être à l’école et du bien-être de nos équipes. C’est aussi retrouver cette relation avec l’école grâce aux parents ; de les réinsérer après deux années de Covid, en sachant pertinemment, aujourd’hui, que nous devons retrouver une confiance, un bien-être et de la bienveillance ».

TNTV : Vous vous appuyez sur 5 piliers qui constituent votre programme. Vous souhaitez construire une société plus équitable. Au titre de l’emploi, quelles sont vos perspectives pour les 5 années à venir ?

Tiare Trompette Dezerville : « Ce programme a été travaillé en interministériel mais aussi avec un public bien visé : les entreprises, les étudiants. L’idée c’est de toucher le maximum de publics grâce, par exemple, au contrat des seniors. Que faisons nous de cette population qui a plus de 50 ans ? Donc leur proposer de pouvoir accéder à l’emploi. Que faisons nous de nos étudiants qui pendant les vacances ont besoin de gagner un petit peu d’argent ? Pour ça, c’est un contrat étudiants qui a été monté par le ministère du Travail et de l’Emploi. Mais nous avons aussi la possibilité de protéger les emplois locaux. Il y a une liste qui a été bien établie grâce à des données de terrain. Tout est réfléchi, tout est travaillé, ensemble ».

TNTV : Dans le domaine économique, quel modèle souhaitez-vous pour la Polynésie française ?

Tiare Trompette Dezerville : « Nous souhaitons travailler sur l’économie circulaire, par exemple. On ne va pas se baser que sûr l’économie pure. On va aussi travailler sur plusieurs autres domaines. L’idée, c’est de permettre le développement durable en protégeant nos ressources, notre territoire, mais aussi nos populations face à ce qui se passe mondialement. C’est un projet qui est riche et qui est entrepris grâce à la consultation de nos citoyens ».

TNTV : Vous voulez aussi « améliorer le vivre ensemble ». En quoi cela consiste-t-il ?

Tiare Trompette Dezerville : « Dans les foyers, c’est d’abord s’interroger sur ce qui se passe dans les quartiers. Cette réunion qu’il y a entre le maire, la commune, les forces vives associatives et le Pays. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas travailler tout seul. D’ailleurs, ‘ensemble pour un avenir meilleur’, c’est ce que le Tapura veut. Cela veut dire quoi ? Cela veut dire collaborer, coconstruire, réfléchir ensemble sur les besoins du territoire. Aujourd’hui, ce qui se passe, c’est que nous avons énormément de problématiques. Le Tapura est prêt, sur les 5 années à venir, à mettre en place des dispositifs, qui existent aujourd’hui, mais transformés, du fait de l’évolution de la société ».

TNTV : Vous parlez aussi de renforcer les archipels en impliquant un peu plus les communes. Comment procéder ?

Tiare Trompette Dezerville : « C’est d’abord identifier ce qui se passe sur le terrain. Dans les îles, nous avons déjà, grâce à l’appui des maires, une certaine connaissance du territoire. Mais comment exploiter les ressources d’une île sans la détruire ? C’est là où le travail partenarial est important. Avec le Tapura, on va rassembler tout le monde autour de cette consultation. Pour les maires des îles, c’est de faire un développement censé, protégé et, surtout, qui va être collaboratif et qui va être pour la population des îles. Aujourd’hui, nous avons des maires qui sont intéressés, qui travaillent avec le Tapura Huirratira et qui saisiront la population dans des consultations pour faire avancer nos projets ».

TNTV : Vous souhaitez également renforcer notre autonomie et protéger l’environnement. Par quelles actions ?

Tiare Trompette Dezerville : « Effectivement. Grâce au travail de monsieur Heremoana Maamaatuaiahutapu, il est important de pouvoir protéger nos ressources, nos océans. Nous nous sommes positionnés comme des protecteurs. Vous avez entendu parler du Blue Climate Summit qui permet de poser des recommandations. Le Tapura est celui qui va impulser ce programme de longue haleine sur la protection de nos océans. C’est ce qu’il y a de plus important pour la planète et pour nos îles ».

TNTV : Au sujet de la culture, quelle est sa place dans votre programme ?

Tiare Trompette Dezerville : « L’ouverture du musée va impulser de nouveaux arts. Il s’agit de pouvoir se réhabiliter. Cela veut dire quoi ? Saisir la jeunesse, de se réapproprier cette culture, de pouvoir l’utiliser comme un vecteur professionnel et scolaire. L’idée de lier l’éducation, la culture et la jeunesse fait partie du programme du Tapura Huirratira. Pour nous, la culture est un vecteur important puisque l’augmentation du budget de la culture a été le fer de lance du Tapura Huiraatira depuis ces 5 années. Il faut que l’on continue à travailler tous ensemble, avec la population, pour les 5 prochaines années ».

TNTV : Vous appelez en outre à une meilleure prise en charge de nos aînés…

Tiare Trompette Dezerville : « Effectivement, nous avons une augmentation de l’allocation pour les personnes âgées. Il y a aussi cette prise en charge sociale, cet accompagnement qui est fait grâce au projet de madame Bruant, la ministre de la Solidarité. Cela veut dire mettre des dispositifs pour mieux les accompagner. C’est mettre en place des centres qui leur permettront d’être suivis médicalement et socialement, et de pouvoir les garder éveiller dans notre société par des activités sociales ».

TNTV : Au sujet du numérique, quelles sont vos propositions ?

 Tiare Trompette Dezerville : « Nous sommes entourés de connexions et le numérique est une plateforme incontournable. L’idée est de pouvoir utiliser le numérique pour créer des portails, notamment pour l’administration, pour que tout se fasse plus rapidement. On va arrêter les longues files d’attente, de contacter les personnes par téléphone. Un guichet unique, tel que celui des étudiants pour préparer leur avenir, c’est une idée. Dans l’administration, c’est d’utiliser toutes les plateformes pour suivre sa carrière, s’inscrire à un poste. Nous devons utiliser tout le développement qui existe. Dans l’éducation aussi. Pour nous le numérique est un moyen pour préparer nos futurs citoyens à comment appréhender les médias, l’information et pouvoir être ouvert au monde. C’est ça le numérique aujourd’hui ».

Dernières news

Activer le son Couper le son