samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Teura Iriti :  » En politique, on est certain de rien »

Publié le

Publié le 04/06/2017 à 16:16 - Mise à jour le 04/06/2017 à 16:16
Lecture < 1 min.

Dans la seconde circonscription, Nicole Sanquer a obtenu 10 085 voix en sa faveur, soit 37.61% des suffrages. Teura Iriti, quant à elle, récolte 6 453 voix et 24.06 % des suffrages exprimés. Sur l’ensemble des trois circonscriptions, même constat : le Tapura Huiraatira s’impose loin devant le parti orange (40% contre 26 % des suffrages exprimés).
« Aujourd’hui nous savons que nous sommes dans l’opposition car le Tapura est au gouvernement et a tous les moyens. Mais ce résultat confirme notre position dans le travail que nous avons effectué. En politique, on est certain de rien« , explique Teura Iriti. 

« Il est vrai que pendant 10 années, même 13 années, nous avons beaucoup souffert. En 2013, quand le Tahoera’a est revenu, nous avons engorgé et rempli la caisse en nous serrant la ceinture que récolte le gouvernement aujourd’hui, certes, mais il faut vraiment qu’on utilise ses moyens à bon escient et surtout qu’on réalise les grands projets comme on a toujours dit », ajoute-t-elle. 

Au sujet de potentielles alliances, la candidate n’a pas « encore de consigne de vote ». 

Si le Tahoera’a est en perte de vitesse, le parti rassemble encore un quart des électeurs. Mais les faibles chances de Moana Greig et l’élimination de Vincent Dubois laissent présager le pire pour les oranges : le parti risque de n’avoir aucun député dans quinze jours, une situation inédite à l’Assemblée depuis plus de quinze ans.

Rédaction web 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.