samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Terrorisme : le fils d’un Australien brandit une tête

Publié le

Publié le 12/08/2014 à 15:59 - Mise à jour le 12/08/2014 à 15:59
Lecture 2 minutes

Le terroriste australien a publié des photos macabres lundi 11 août sur NewsCorp. Elles montrent un des fils du terroriste australien Khaled Sharrouf brandissant la tête d’un soldat loyaliste syrien décapité. Le petit, âgé de 7 ans, pose sur d’autres photos en compagnie de ses deux frères et de son père, armes au poing.
Au même moment, l’Australie et les États-Unis annoncent une campagne conjointe auprès de l’Onu pour coordonner la traque des ressortissants occidentaux partis mener le Djihad à l’étranger, révèle Radio Australia.
L’entente australo-américaine sur la neutralisation de leurs ressortissants partis mener le Djihad à l’étranger tombe à pic.  Le Premier ministre australien, Tony Abbott  a déclaré : « Cela pose des problèmes extraordinaires, pas uniquement pour les peuples du Moyen-Orient, mais pour le monde entier, et nous recevons de plus en plus de preuves de la barbarie exercée par cette entité ». Tony Abbott fait référence à l’État islamique, l’organisation djihadiste qui a proclamé le califat sur les territoires irakiens et syriens qu’elle contrôle.
Mais au-delà de la violence extrême des photos, l’incapacité des autorités australiennes à contrôler Khaled Sharrouf qui crée la polémique. Cet Australien a été condamné pour terrorisme en 2005. Avec 8 autres terroristes, il projetait un attentat à la bombe sur une cible non identifiée à Sydney. Khaled Sharrouf a purgé près de quatre ans de prison. Depuis, le terroriste était surveillé 24h sur 24. Son nom et sa photo figuraient sur la liste noire des douanes. Malgré cela, il a réussi à fuir l’Australie en décembre dernier, en utilisant le passeport de son frère, pour aller combattre en Syrie avec ses fils. Les autorités australiennes ont mis 12 jours à se rendre compte de la fuite de Khaled Sharrouf.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.