samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Territoriales : quelles sont les forces en présence?

Publié le

Publié le 29/01/2018 à 20:19 - Mise à jour le 29/01/2018 à 20:19
Lecture 3 minutes

Neuf listes avaient tenté leur chance lors des Territoriales de 2013. Depuis, beaucoup de choses ont changé dans le paysage politique polynésien. Hormis Teiva Manutahi, la plupart des candidats des formations les plus modestes ont quitté la politique. Exit A Tia Porinetia, l’ancienne troisième voie… que remplace aujourd’hui le Tapura, renforcé par l’hémorragie au Tahoera’a.  

Le parti orange avait très largement remporté les élections il y a 5 ans… depuis… il a perdu le pouvoir et une partie de ses troupes. Mais le parti au fe’i et son leader sont les premiers à s’être lancés publiquement dans la course aux Territoriales. On ne change pas les vieilles recettes : travail, maison, famille, et des promesses de milliers d’emplois…  Reste à savoir si la liste pourra être conduite jusqu’au bout par le leader de toujours.
Le Tahoera’a s’éloigne par ailleurs de l’autonomie pour prôner le statut de Pays associé. Il s’allie au Here Ai’a, proche de Tauhiti Nena lors des législatives l’an dernier.

Côté autonomistes toujours, le Tapura Huira’atira participe lui à sa première Territoriale et compte bien conserver le pouvoir après une démonstration de force réussie lors des dernières législatives.

Chez les indépendantistes : l’UPLD a volé en éclats. Le Tavini fait cavalier seul et annonce vouloir marquer un point de rupture…

« Ce que l’on peut déjà remarquer, c’est qu’il y a une offre extrêmement généreuse des partis politiques. Ils font des annonces assez alléchantes, et là, on est beaucoup plus dans une continuité que dans du renouveau ». relève le politologue Sémir Al Wardi. 

Qui constitue désormais la 4ème voie et peut-elle créer la surprise ? Plusieurs formations menées par des ténors de la politique locale émergent. Deux anciens cadres de l’UPLD font alliance : Tauhiti Nena et Jacky Bryant.
Autre plateforme qui a fait parler d’elle ces derniers jours : Le Herefenua. Présentée à la population la semaine dernière, la formation conduite par Bruno Sandras, les représentants « En marche » locaux et Teiva Manutahi a déjà du plomb dans l’aile et aurait même explosé… ce que dément le leader de Porinetia Ora.
 
Marcel Tuihani, et son parti : Te ora api no porinetia mènent pour l’instant une campagne discrète. Qui constitue les troupes ? Quel programme ? Silence radio…

Seule nouvelle tête parmi les candidats déclarés : Tevai Haumani. Ce jeune trentenaire s’invite sur la scène politique avec son parti Te vave’a : la vague. Une vague qui selon lui (voir page Facebook du jeune politicien) a pris une dimension inimaginable… cependant, il attend le dernier moment pour avancer ses pions.

Tous rêvent d’un destin à la Emmanuel Macron… « On parle de l’effet Macron, avec cette possibilité, pour les partis inconnus, de réussir. Pourquoi pas », explique Sémir Al Wardi,  « mais il y a un mode de scrutin qui est redoutable. Nous l’avons déjà testé une fois et nous avons pu voir qu’il permet de l’emporter au premier tour avec un minimum de 65 000 voix – ce qui est impossible. Il resterait la possibilité de passer au second tour mais il faudrait avoir 18 000 voix, ce qui est énorme pour la Polynésie française. Il est nécessaire, pour les partis politiques, d’être très bien structurés, d’être présents sur la totalité du territoire, de pouvoir présenter le nombre de candidats nécessaires (73) … Tout cela, c’est plus difficile pour les petits partis qui viennent de se créer ». 

Échaudé par les dernières législatives, le Te Nati ne participera pas à ce scrutin local et ne donnera pas de consigne de vote.

Le Ia mana te nuna’a, autrefois allié au Tavini au sein de l’UPLD ne s’est pas encore déterminé. Il tiendra son bureau politique jeudi prochain.

Si la parité est obligatoire au niveau des sections électorales… notez qu’aucune des listes officiellement déclarées n’est portée par une femme.

Laure Philiber 
 
 
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : plusieurs dizaines de nouveaux cas en Polynésie

Depuis l'annonce d'un cas confirmé au restaurant Piment rouge et la multiplication des tests, les médias attendaient une communication officielle. Aucun communiqué...

Embellissement du marae Nuutere à Vairao

Le marae de Nuutere à Vairao fait peau neuve ! Un concours du plus beau jardin fleuri met en compétition une quinzaine de jeunes bénéficiaires de la convention de solidarité du Pays. Ils ont été formés à l’embellissement de ce site culturel par l’association Te u’i no te oaoa de Vairao.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV