samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Territoriales : le sport avant le vote à Papara

Publié le

Publié le 05/05/2018 à 13:27 - Mise à jour le 05/05/2018 à 13:27
Lecture 2 minutes

Pour le club de Badminton de Papara, s’entraîner dans la salle Lehartel chaque dimanche est devenu une routine. Et même pour ce deuxième tour, pas question de changer ses habitudes. Le sport prime avant tout. « J’aime mon sport. Je viens d’abord au sport et après ce sera le vote » explique Alban. Même chose pour Diana :  « D’abord le badminton, ensuite voter. » 

Rodrigue, lui s’abstiendra de voter. Fatigué des promesses non tenues des politiciens, il a choisi de passer la journée à mouiller le maillot.  « Ce matin j’ai déposé ma femme en ville comme on vote à Papeete. Mais moi je n’ai pas voté (…) Personnellement, ça ne me dit plus rien. C’est comme si le vote du peuple avait été bafoué ». 

Du côté du spot de surf à Taharuu, les conditions des vagues ne sont pas optimales, toutefois  les riders préfèrent rester dans l’eau plutôt que dans les isoloirs. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils vont se soustraire à leur devoir de citoyen, c’est juste une question d’organisation. « Dès le matin, on pense à aller surfer. Après on fera notre devoir de citoyen et on ira voter (…) On essaie évidemment d’aller voter quand il y a le moins de personnes possible, pour que ça aille assez vite », explique Hervé, planche sous le bras. 

Sur le green d’Atimaono, le scénario reste identique. On parfait son swing avant d’aller voter. « Je pense qu’il faut voter aujourd’hui. C’est très important », souligne Alain. Je vais voter cet après-midi. Un petit pot de golf et après on ira voter »

Malgré la réticence de certains d’aller voter, la participation à midi à Papara était de 28 % soit 22 électeurs de plus par rapport au premier tour à la même heure. Dans cette commune, les sportifs du dimanche ont jusqu’à 19 heures pour se rendre aux urnes.
 

Rédaction web avec Oriano Tefau et Thierry Teamo

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une Polynésienne remporte plus de 6 millions Fcfp au Loto

S'il n’y a pas eu de gagnants pour remporter le Jackpot de 1,9 milliard de Fcfp mis en jeu ce mercredi 3 juin , il y a cependant eu une gagnante qui en trouvant les 5 bons numéros a remporté 6 366 575 Fcfp.

Bora Bora : les restaurateurs en difficulté

Après l’arrêt du dispositif d’aide de 100 000 Fcfp, à Bora Bora, certains refusent le dispositif exceptionnel de sécurisation de l’emploi. Les licenciements sont imminents.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV