samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Territoriales : la requête de Tevai Haumani rejetée

Publié le

Publié le 29/03/2018 à 8:46 - Mise à jour le 29/03/2018 à 8:46
Lecture 2 minutes

12h13, lundi 26 mars, Tevai Haumani arrive au haut-commissariat pour déposer sa liste pour les élections territoriales. 13 minutes trop tard.

Le dépôt des listes devait être effectué avant 12 heures. Le haut-commissaire de la République a refusé l’enregistrement de la liste conduite par le jeune candidat à cause de son retard. Tevai Haumani explique :

« J’étais hors délai, je le savais. J’avais les 73 noms pour ma liste mais je n’avais pas tous les justificatifs. »

Le leader du mouvement Te Vave’a a annoncé qu’il n’en resterait pas là. 

DES PRESSIONS 

Le 29 mars, Tevai Haumani a déposé une requête devant le tribunal administratif pour faire annuler la décision du représentant de l’Etat. Pour le candidat, son retard est dû à des pressions exercées par certaines mairies sur plusieurs personnes qui voulaient se présenter sur sa liste et auxquelles les services concernés auraient refusé de fournir les pièces justificatives nécessaires. Chose que le candidat déçu n’est pas le seul à dénoncer.

Le tribunal administratif estime qu’il n’est pas compétent pour se prononcer sur ce point. Dans sa décision rendue ce vendredi, la juridiction administrative indique :

« M. Haumani, qui reconnait ce retard, ne justifie d’aucune circonstance permettant de caractériser un cas de force majeure de nature à prolonger le délai impératif prévu par ces dispositions. S’il fait état, ainsi qu’il l’a exposé dans une lettre adressée le 28 mars 2018 au président de la République, de diverses entraves à l’exercice du suffrage qui auraient été commises par les services de différentes mairies, il lui appartient de saisir le juge pénal, seul compétent en l’espèce. »

Le tribunal administratif a décidé de rejeter la requête de Tevai Haumani. Pour ce dernier, le combat est loin d’être terminé. Le candidat a écrit au président de la République, Emmanuel Macron, et étudie les recours qui lui restent. 
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un arbre planté pour chaque enfant né : l’ambition d’une...

Un bout de terre pour faire pousser des arbres et perpétuer la tradition du "pū fenua". À Paea, l’association "Un enfant un arbre un corail" souhaite offrir un arbre aux parents de nouveaux-nés. Depuis un peu plus d’un an, les plants grandissent et l’objectif est d’augmenter la production.

Seulement 3 jeunes en section « surf espoir » pour la...

Ils ont 15 ans et rêvent de percer dans le monde du surf. Ce matin, des élèves de 3ème ont passé l’examen d’admission pour intégrer la section "surf espoir" du lycée Tuianu Legayic de Papara. Cela fait 8 ans qu’il propose cette filière qui conjugue surf et études. Problème : l’effectif est très réduit, ce qui interroge sur l’avenir de la filière.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV