lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Terrain militaire de Arue : Philip Schyle répond aux critiques de Jacky Bryant

Publié le

L’ancien maire de Arue Philip Schyle, défend le travail de son équipe au sujet de la rétrocession des terrains militaires de l’Etat aux communes. Ce mercredi matin, il a tenu à répondre aux déclarations faites samedi dernier par Jacky Bryant désormais 3e adjoint à la mairie. L’écologiste qui présentait ses candidats aux sénatoriales a pointé du doigt le fait que certains bâtiments pollués sont déjà loués.

Publié le 02/09/2020 à 15:45 - Mise à jour le 02/09/2020 à 15:45
Lecture < 1 min.

L’ancien maire de Arue Philip Schyle, défend le travail de son équipe au sujet de la rétrocession des terrains militaires de l’Etat aux communes. Ce mercredi matin, il a tenu à répondre aux déclarations faites samedi dernier par Jacky Bryant désormais 3e adjoint à la mairie. L’écologiste qui présentait ses candidats aux sénatoriales a pointé du doigt le fait que certains bâtiments pollués sont déjà loués.

Les terrains militaires cédés par l’Etat, sujet à discorde à Arue. Les anciens bâtiments devront être dépollués et détruits avant de faire place nette pour y développer une zone d’activités économiques. Le contrat de redynamisation des sites de défense signé le 2 février 2016, est prolongé jusqu’à février 2022. Selon l’ancien Tavana, Philip Schyle, la commune a déjà entamé des démarches auprès d’investisseurs de grandes enseignes, mais aussi dans la voie de la réhabilitation d’un 1er hectare : « il y a actuellement un appel d’offres qui a été lancé. Le délai est échu. Il reviendra à l’équipe municipale actuelle de prendre des décisions par rapport à cet appel d’offres. Etant précisé que cet appel d’offres porte sur la dépollution notamment du premier hectare. Il y a des travaux effectivement qui peuvent être engagés avant la fin de cette année et qui vont pouvoir bénéficier à plusieurs entreprises locales. »

Sur le site, une SEM dont l’actionnaire principal est la commune gère avec des partenaires privés les bâtiments. Le 3e adjoint au maire et écologiste Jacky Bryant pointe du doigt la mise en location des lieux, dans leur état actuel : « Peut-on sérieusement louer, sauf à ignorer que ces bâtiments n’étaient pas dans un état à risque ? ».

Des locations de courte durée selon l’ancienne équipe municipale et pour de l’entreposage uniquement : « Contrairement à ce que j’ai lu et entendu, aucun bâtiment pollué, surtout pas amianté, n’a été mis en location. Bien au contraire », déclare Philip Schyle.

L’ancien maire rappelle qu’il reste un an et demi pour continuer les démarches entreprises malgré la complexité d’un tel projet pour la commune. Selon l’ancien maire, il faut rassurer les partenaires institutionnels.  Au delà de ce délai, la commune pourrait perdre ces terrains.  

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.