mercredi 24 février 2021
A VOIR

|

Tensions à l’ouverture du Festival des îles

Publié le

Publié le 31/03/2015 à 9:12 - Mise à jour le 31/03/2015 à 9:12
Lecture 2 minutes

Hier mardi, a eu lieu l’ouverture officielle du Festival des îles, événement sportif devenu un des plus importants de Polynésie. Edouard Fritch, président du Pays, et Gaston Flosse, président du Tahoeraa, étaient tous deux invités. Si le lieu et le moment auraient pu permettre un rapprochement entre les deux hommes, il n’en a rien été. Edouard Fritch et Gaston Flosse ne se sont même pas salués.

Après l’annonce officielle de la candidature de Nuihau Laurey et Lana Tetuanui aux Sénatoriales, soutenus par Edouard Fritch, et alors que les candidats officiels du Tahoeraa ont déjà été désignés, la fracture au sein du parti est plus que flagrante.
Et l’ambiance glaciale entre Edouard Fritch et Gaston Flosse n’a pas laissé indifférent Reynald Temarii, directeur général de la Fédération tahitienne de football (FTF). Lors de son discours d’ouverture du Festival des îles, l’homme, proche du président du parti orange, déclare : « comme beaucoup de Polynésiens, nous ne comprenons pas ce qui se passe au plus haut niveau de la Polynésie française. Comme beaucoup de Polynésiens, nous aspirons à ce que la classe politique locale, comme les chefs d’entreprises, nous donne de la stabilité, de la visibilité, pour construire ce pays ». Reynald Temarii, ancien ministre du gouvernement de Gaston Flosse, a appelé les hommes politiques du fenua à « faire preuve de sagesse, de maturité ». 

Edouard Fritch, visiblement tendu, a tenté d’éviter les questions politiques des journalistes de Tahiti Nui Télévision. Interrogé sur l’importance d’une cohésion aussi bien sportive dans le cadre du Festival des îles, mais aussi sociale et politique, le président du Pays a répondu brièvement : « cohésion partout ». 

De son côté, Gaston Flosse a été un peu plus loquace : « il ne faut pas mélanger la politique et le sport », a-t-il dit avant de déplorer qu’Edouard Fritch ne soit pas venu saluer tout le monde. « Le président de la Polynésie n’est pas venu saluer ceux qui étaient de ce côté-ci. Ne serait-ce que le président de l’assemblée, qui est quand même le représentant de la deuxième institution de notre Pays. Pour moi encore, ça a peu d’importance… Mais, déjà, c’est un indice qu’on ne veut pas que la paix règne vraiment chez nous et que c’est la politique qui domine même des rencontres sportives », a-t-il dit au micro de Tahiti Nui Télévision. 

 

Edouard Fritch, président du Pays

Gaston Flosse, président du Tahoeraa

infos coronavirus