Tavini : en cas de victoire, Eliane Tevahitua serait vice-présidente de la Polynésie

Publié le

Elle pourrait devenir la première vice-présidente de l'histoire de la Polynésie. Eliane Tevahitua a été désignée par le Tavini Huira'atira pour occuper le poste en cas de victoire aux élections territoriales. Le parti indépendantiste déclare avoir déjà constitué son gouvernement et le présentera au fur et à mesure, jusqu'au 1er tour.

Publié le 27/03/2023 à 11:29 - Mise à jour le 07/04/2023 à 15:39

Elle pourrait devenir la première vice-présidente de l'histoire de la Polynésie. Eliane Tevahitua a été désignée par le Tavini Huira'atira pour occuper le poste en cas de victoire aux élections territoriales. Le parti indépendantiste déclare avoir déjà constitué son gouvernement et le présentera au fur et à mesure, jusqu'au 1er tour.

« On veut présenter le plus rapidement possible qui seront les membres du gouvernement. On innove puisque, habituellement, ce sont des négociations de marchands de tapis une fois l’élection finie pour savoir qui va être ministre. Nous, on le sait déjà, a déclaré Moetai Brotherson, ce lundi, devant les médias, avant de faire une annonce : Aujourd’hui j’ai l’honneur de vous présenter celle qui sera certainement la première vice-présidente de l’histoire de la Polynésie, Eliane Tevahitua »

Annoncée en deuxième position sur la section 3, l’élue avait finalement été retirée de la liste du Tavini et remplacée par Maurea Maamaatuaiahutapu, fille de l’ancien élu Vito Maamaatuaiahutapu. « Je veux remercier cet homme qui m’a fait subir une épreuve mais je suis sortie victorieuse de cette épreuve, a déclaré Eliane en serrant la main d’Oscar Temaru. (…) Merci pour cette belle leçon que tu m’as donnée. Je ne te garde aucun grief. Il faut tester la solidité des amarres du bateau avant que le bateau prenne le large. je sais que ça n’a pas été de gaieté de cœur parce que tu m’as sacrifiée mais je n’oublie pas que tu es comme mon père. »

« Ça ne date pas de maintenant que je veux la voir au gouvernement »

La désignation d’Eliane Tevahitua comme potentielle vice-présidente est-elle une manière d’éteindre la polémique ? Pour Moetai Brotherson, le choix était fait depuis longtemps : « Indépendamment de qui aurait été retenu pour être notre candidat à la présidence, ça fait des années que j’observe et que j’admire son travail à l’assemblée. On a beaucoup échangé sur plein de sujets et je m’étais toujours dit : finalement la place d’Eliane, c’est au gouvernement. Après, il faut respecter les choix de vie des uns et des autres. Ça ne date pas de maintenant que je veux la voir au gouvernement. (…) Pour moi, c’est la meilleure. J’ai besoin d’une personne qui a des convictions solidement ancrées, qui ne s’écroule pas au premier coup de vent et, on l’a vu, elle a passé un peu une épreuve du feu à laquelle elle a survécu de manière brillante. Et c’est aussi quelqu’un dont j’ai toujours apprécié d’une part la compétence, d’autre part l’engagement total. À partir du moment où on lui confie une mission, elle se donne à 100%. Et c’est quelqu’un qui n’hésitera jamais à venir me voir, à monter au créneau si je fais des bêtises ou si un des ministres du gouvernement fait des bêtises. Elle n’hésitera jamais je la connais ».

Si le Tavini Huira’atira remporte les élections territoriales, Eliane Tevahitua deviendrait donc vice-présidente. Mais elle serait aussi en charge des portefeuilles de « la culture, de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’artisanat ».

« Je suis heureuse de l’opportunité qui m’est donnée de pouvoir travailler encore pour mon peuple. Mais pour cela, il faut déjà gagner les élections, a rappelé l’élue (…) Si le peuple veut bien nous accorder sa confiance, nous serons le gouvernement d’un seul peuple, qu’il soit autonomiste pou indépendantiste, et ça je vous le dis. Pas parce que c’est un slogan mais parce que je le pense et que j’ai toujours essayé de l’appliquer »

Celle qui pourrait devenir la numéro 2 du gouvernement de Polynésie déclare vouloir « porter des gens qui sont compétents. Il faut qu’on mette un terme à ce qu’on a toujours vécu quels que soient les gouvernements. Si jamais nous gagnons, dans mon ministère et dans ma fonction, j’appliquerai tout ce que j’ai toujours appliqué : pas de recrutement politique. ce sera sur la base des compétences et je le dis haut et fort. »

Si le Tavini passe le premier tour des élections, le parti annonce ne pas vouloir faire d’alliance au 2e tour.

Dernières news