mercredi 1 décembre 2021
A VOIR

|

Jean-Christophe Bouissou remplace Tearii Alpha à la vice-présidence de Polynésie

Publié le

Un nouveau vice-président mais pas de remplaçant pour Nicole Bouteau. Après la démission de la ministre du Tourisme, le président Edouard Fritch a assuré ne pas pouvoir se séparer de Tearii Alpha au gouvernement. Raison pour laquelle il n'a "pas eu d'autre choix" que d'accepter la démission de Nicole Bouteau.

Publié le 10/11/2021 à 10:54 - Mise à jour le 10/11/2021 à 14:47
Lecture 3 minutes

Un nouveau vice-président mais pas de remplaçant pour Nicole Bouteau. Après la démission de la ministre du Tourisme, le président Edouard Fritch a assuré ne pas pouvoir se séparer de Tearii Alpha au gouvernement. Raison pour laquelle il n'a "pas eu d'autre choix" que d'accepter la démission de Nicole Bouteau.

S’il disposait encore d’un délai pour nommer son numéro 2, Edouard Fritch a préféré désigner rapidement un remplaçant au poste de vice-président. “J’ai décidé de nommer un nouveau vice-président en la personne de Jean-Christophe Bouissou, qui l’apprend en même temps que vous, a-t-il déclaré bien que le nom de l’ex-porte-parole du gouvernement circulait déjà. J’ai eu l’occasion de l’observer, de constater sa motivation, sa bonne maitrise des dossiers.”

Interrogé sur son choix, alors que Jean-Christophe Bouissou est le seul ministre du gouvernement impliqué dans l’affaire Ravel, Edouard Fritch a souligné les “qualités humaines” et le “parcours professionnel et politique qui l’ont conduit à occuper de nombreuses fonctions”. Un “choix naturel et logique” pour le président malgré les démêlées judiciaires de son nouveau numéro 2. “Ce qui m’intéresse c’est la réalisation de mon programme. je veux des gens qui s’engagent politiquement”.

Personne en revanche pour remplacer la ministre démissionnaire du Tourisme, du travail, en charge des transports internationaux et des relations avec les Institutions, Nicole Bouteau. Ses portefeuilles ont cependant été répartis entre Yvonnick Raffin pour le Tourisme, Christelle Lehartel pour le Travail et René Temeharo pour les relations avec les institutions. Revenant sur le contexte de démission de Nicole Bouteau, farouchement opposé au maintien au gouvernement de Tearii Alpha, et ce malgré sa position à contre-courant des autorités sur le vaccin, le président est resté sur sa position. “Je ne peux pas aujourd’hui décemment l’exclure du gouvernement”.

Le président a ensuite longuement justifié le maintien du vice-président déchu au poste de ministre. “C’est un ministre compétent et qui connait très bien son secteur. C’est aussi un compagnon de très longue date. Je vous le confirme, il reste dans l’équipe. Je lui ai retiré sa fonction de vice-président car sa position n’est pas compatible (…) Lorsqu’on est un homme politique les considérations personnelles doivent s’effacer devant l’intérêt collectif“, a souligné Edouard Fritch. Pas d’allusion donc à la base électorale du maire de Teva i Uta, ni à celle du maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang -lui aussi réfractaire au vaccin anti-covid- et de leur poids éventuel au sein du parti rouge dans les prochaines élections.

Le président du Pays a cependant regretté le départ de Nicole Bouteau. “Je n’ai pas d’autre choix que d’accepter sa démission que j’ai actée mardi. Je le regrette. j’ai apprécié le travail réalisé par madame Bouteau (…) Je respecte le choix de madame Bouteau qui conserve toute mon estime. “Ces petits changements au sein du gouvernement font partie de la vie politique (…) L’adversité stimule ma combativité” a lancé Edouard Fritch qui préfère “laisser le passé au passé” et se concentre désormais sur les défis à venir. Comme une éventuelle nouvelle vague épidémique de covid-19.

Le vaccin, pour “protéger la population”

“Nous ne devons pas relâcher nos efforts. En Polynésie, le point qui m’a été transmis ce matin révèle une circulation un petit peu plus active que ces derniers jours.” (…) Souvenez-vous que le 10 juin dernier nous étions dans la même situation qu’aujourd’hui. La vie pouvait repartir. Nous avons même levé le confinement et nous savons tous ce qui s’est passé…”

Les autorités estiment que 80 000 personnes supplémentaires de plus de 12 ans devraient être vaccinées pour limiter au maximum la circulation du virus. Edouard Fritch a une nouvelle fois lancé un appel à la vaccination à l’approche des fêtes de fin d’années qui pourraient, avec les rassemblements familiaux, accélérer l’arriver d’une nouvelle vague : “Mon appel à la vaccination n’a pour seul but que de protéger la population. (…) Les fêtes de fin d’année approchent (…) ma crainte est que nous relâchions notre vigilance.

Le président s’est enfin prononcé en faveur d’un maintien du couvre-feu à 23 heures, même si la décision revient à l’Etat.

Concernant la mise en place du pass sanitaire en Polynésie, toujours en travail, le président a expliqué qu’il s’agissait pour lui d’un “outil anti-confinement” : “Je ne veux plus confiner, nous n’avons plus les moyens de le faire. (…) Quel outils nous avons puisque les gens ne veulent pas se vacciner ? Le pass sanitaire. Pour moi c’est un outil anti-confinement.”

Notre liveblog

infos coronavirus