dimanche 14 août 2022
A VOIR

|

Papara : Sans majorité, Sonia Punua envisage de démissionner

Publié le

Depuis qu'elle a vu sept élus basculer dans l'opposition, Sonia Punua, tavana de Papara, n’a toujours pas retrouvé sa majorité. Aussi, le conseil municipal de ce lundi matin avait comme des airs de règlement de compte. Soumise à un ultimatum posé par la nouvelle minorité majoritaire, elle n'écarte pas de démissionner pour mieux revenir aux urnes.

Publié le 06/12/2021 à 13:32 - Mise à jour le 07/12/2021 à 9:22
Lecture 2 minutes

Depuis qu'elle a vu sept élus basculer dans l'opposition, Sonia Punua, tavana de Papara, n’a toujours pas retrouvé sa majorité. Aussi, le conseil municipal de ce lundi matin avait comme des airs de règlement de compte. Soumise à un ultimatum posé par la nouvelle minorité majoritaire, elle n'écarte pas de démissionner pour mieux revenir aux urnes.

Ce sont entre autres des soucis de compétence dans l’entourage de la tavana qui posent problème. Les travaux de la directrice générale des services notamment, suscitent systématiquement les critiques du conseil municipal. “Je suis entourée de belles personnes”, déclare la mairesse au micro de TNTV. Mais en séance, Sonia Punua n’a pas vraiment cherché à défendre les agents pointés du doigt. Même lorsque Bruno Sandras a déploré de lire des procès verbaux du conseil municipal, chargés de “fautes d’orthographe”, illustrant un “niveau de maternelle”.

Si le budget 2021 était inscrit à l’ordre du jour de ce conseil municipal assorti de 12 délibérations, les élus ont passé plus de temps à s’écharper. Preuve de dissension au sein du parti : la présence de deux délibérations relatives aux indemnités des maires adjoints qui ont quitté la majorité. Il s’agissait notamment de leur retirer leurs délégations, dont celle de Roonui Fenuaiti, premier adjoint au maire. Pas étonnant pour ce dernier. “Quand on veut travailler avec une majorité, le tavana doit pouvoir faire confiance à tous ses conseillers. En tant que premier adjoint au maire, tu dois être au courant de tout ce qu’il se passe et pour certaines choses, je ne suis pas convié…” déplore le premier adjoint.

En minorité depuis début novembre, la mairesse n’a pas réussi à faire revenir sa “famille”. Disposant jadis d’une majorité confortable avec 23 élus, Sonia Punua a vu sept membres de son parti dont trois adjoints basculer dans l’opposition, aujourd’hui majoritaire avec 17 sièges. Ces deniers pointant du doigt notamment des promesses non tenues, ou des tensions au sein du parti A Here Ia Papara.

Du côté de la minorité majoritaire, Bruno Sandras a souvent pris la parole, jusqu’à poser un ultimatum à la mairesse à l’occasion des questions diverses, lui laissant un mois pour convoquer un conseil municipal extraordinaire avec à l’ordre du jour : le retrait de toutes les délégations de la mairie de Papara.

Bruno Sandras, invité du journal : “Je suis triste de ce qui arrive à Papara”


Pas de quoi impressionner la mairesse, qui n’hésitera pas à démissionner pour mieux retourner aux urnes. “On va travailler encore sinon on va casser le conseil. Ce sera à la population de revenir voter. Je suis prête pour ça.” En attendant, elle “garde espoir” : “J’ai 23 élus de la majorité. Le but c’est de les ramener dans l’équipe”.

Interrogé sur l’invitation de la mairesse à “revenir dans la famille”, le 1er adjoint répond qu’une discussion s’impose. “Il faudrait qu’on clarifie ce point. J’ai toujours demandé à tavana qu’on se rencontre. Depuis, silence radio, pas un appel, alors que je suis premier adjoint au maire.”

infos coronavirus