mardi 9 août 2022
A VOIR

|

Retour sur une année politique houleuse

Publié le

Obligation vaccinale, crise au Tapura Huira’atira’a, opération Reko Tika, ou encore l’annulation des élections municipales : retour sur cette année politique qui s’est avérée particulièrement houleuse.

Publié le 29/12/2021 à 9:17 - Mise à jour le 29/12/2021 à 10:29
Lecture 2 minutes

Obligation vaccinale, crise au Tapura Huira’atira’a, opération Reko Tika, ou encore l’annulation des élections municipales : retour sur cette année politique qui s’est avérée particulièrement houleuse.


Instabilité dans le partie orange dès janvier : “prêtée” 5 mois plus tôt au groupe A here ia porinetia, Vaitea Legayic retourne au Tahoeraa Huiraatira. Un retour suivi d’un départ du groupe fondé par Gaston Flosse, celui du maire de Tubuai qui rejoint les rouges en avril.

En février, coup de théâtre du côté de Arue. Les élections de la commune sont annulées par une décision de justice. En cause : des procurations litigeuses. La maire sortante, Teura Iriti, devra retourner aux urnes le 30 janvier 2022. Un scrutin qui se fera sans la tête de liste Tapura, Philip Schyle, qui annonce son retrait de la course.

Autres élections annulées par le conseil d’État : celles de Uturoa. Là-aussi, pour des irrégularités. Pas de quoi mettre hors-jeu le maire Tapura. Matahi Bortherson est à nouveau élu dès le premier tour.

Début mars, une enquête du média Disclose remet en question l’Histoire du nucléaire au fenua : les retombées radioactives des essais nucléaires auraient été sous-évaluées par l’État. Des annonces qui auront l’effet d’une bombe, surtout du côté du Tavini. Ce qui débouche en juillet sur une table ronde du nucléaire à Paris baptisée Reko Tika.

Dans le courant du mois, c’est au tour du président de la République Emmanuel Macron de rejoindre le Pacifique. Un séjour marathon pour aborder le fait nucléaire, le réchauffement climatique, ou encore l’axe indo-pacifique. Marquant l’intérêt particulier de l’État pour la région.  

Mais c’est sans aucun doute le mariage du vice-président Tearii Alpha en pleine montée épidémique, qui marquera le début d’une crise politique majeure au Tapura. Une crise nourrie par l’adoption de l’obligation vaccinale le 20 août. Car le refus du vaccin de deux poids lourds de la majorité – Tearii Alpha et le président de l’assemblée, Gaston Tong Sang – fait tache dans la stratégie sanitaire du Pays. Si Tearii Alpha est démis de ses fonctions au profit de Jean-Christophe Bouissou, la sanction n’empêche pas Nicole Bouteau de démissionner du gouvernement, mais pas du parti, ce qui lui permet de briguer le siège de député.

En décembre, les choses bougent dans la commune-associée de Tautira. Une commission en charge du projet de défusion est élue, elle est constituée du comité 808.

Plus récemment, c’est à Papara que le rififi s’installe. La maire Sonia Punua perd sa majorité, ses délibérations sont systématiquement rejetées. À ce jour, la situation est bloquée.

À Papeete, le maire Michel Buillard se fait toujours attendre. En convalescence en métropole, en son absence c’est son 1er adjoint, Paul Maiotui, qui assure l’intérim.

Retour à la capitale, où Gaston Flosse a retrouvé le sourire. Le leader du Amuitahira’a a enfin réussi à s’inscrire sur les listes électorales, et ce, malgré son inéligibilité. Un premier pas dans la course aux législatives en 2022. Mais ce n’est pas tout, puisque le vieux lion vise aussi les territoriales en 2023.

infos coronavirus