mardi 23 juillet 2019
A VOIR

|

Référendum : Polynésie, Nouvelle-Calédonie, des configurations “différentes”

Publié le

Publié le 04/11/2018 à 17:01 - Mise à jour le 04/11/2018 à 17:01
Lecture 3 minutes

Les sondages précédant le référendum donnaient le “Non” largement vainqueur. Et pourtant, l’écart n’est pas si important. Dimanche, 43.6% des votants ont dit “oui” à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Pour le politologue du fenua Sémir Al Wardi, la victoire du “Non” à 56.4% est “problématique” : “les résultats annoncés étaient très élevés, et représentaient un score indiscutable des anti-indépendantistes. Or, quand on voit le résultat, qui est de 56,4%, on peut dire que ce score, qui indiscutablement, sonne la victoire des anti-indépendantistes, reste problématique. Pourquoi ? Parce-que cela veut clairement dire que les choses peuvent encore évoluer. Je rappelle qu’il y a encore deux autres référendums à venir dans les 4 ans qui viennent, et que l’on peut se retrouver avec un score plus élevé dans un camp ou un autre. Mais le plus important, ce n’est pas cela.”
Pour le politologue, “le clivage géographique, socio-économique, ethnique… est resté identique à ce qu’il était il y a 30 ans. Il y a très peu de changements. Ce qui veut dire qu’il n’y a aucun camp qui a réussi à convaincre l’autre. Mais il ne s’agissait pas de convaincre, justement, puisque les choses sont restées figées. Il faut se rappeler ce qu’a dit Jean-Marie Tjibaou  « il faut aller à l’indépendance ensemble », ce à quoi Jacques Lafleur avait répondu : « il faut aller dans la France ensemble ». Le mot important, ce n’est pas ce qui clive les deux. C’est le mot « ensemble ». Il est évident, maintenant, qu’il y a tout un travail à réaliser, pour que ce «ensemble », ce destin commun, devienne plus réel.”

Sémir Al Wardi estime qu’il faudra aux Calédoniens, inventer “un système qui satisfasse toutes les parties”. Mais, prévient-il, “on n’en est pas encore là. On a réussi à mettre en place les valeurs communes, mais sur le plan institutionnel, sur le plan de la culture politique, il y a encore tout un travail à réaliser. Ce n’est pas trop tard pour le faire mais il est bien évident que si on veut dépasser ce clivage, il faut aller beaucoup plus loin dans le destin commun.”
 

> Polynésie, Nouvelle-Calédonie, des configurations “différentes”

Le référendum a été très suivi en Polynésie, surtout par le parti indépendantiste Tavini Huiraatira. Le leader du parti autonomiste Tahoeraa Huiraatira, qui s’est récemment rapproché du Tavini, a lui aussi été attentif au vote. Sur le plateau de Tahiti Nui Télévision il estimait dimanche que les Calédoniens ont eu la “chance” de pouvoir s’exprimer sur leur avenir.
Mais Sémir Al Wardi souligne : “La Polynésie  et la Nouvelle-Calédonie, même si on s’est beaucoup suivi sur les statuts, la configuration de la population, des communautés, n’est pas du tout la même. Ici, les Polynésiens sont grandement majoritaires chez eux, à pratiquement 90%. Ils détiennent le pouvoir politique, les compétences. On n’est pas, ici, sur une division entre communautés. En Calédonie, c’est une situation qui pose problème, et qui demande une reflexion encore plus forte de leur part. Le vivre ensemble est nécessaire en Calédonie. Cela ne se pose pas en Polynésie française.”

>>> Lire aussi : Vidéo – Tavini – Tahoeraa : “nous ne nous rapprochons pas pour la politique” assure Flosse

Deux autres référendums doivent avoir lieu au Caillou les prochaines années. Le résultat de ce premier vote va-t-il avoir des conséquences sur l’économie de la Nouvelle-Calédonie ? “Le fait qu’il y ait eu un score plus étriqué que ce que l’on pensait, en Nouvelle Calédonie ; le fait que l’on soit parti pour encore deux autres référendums, puisqu’il faut 1/3 des représentants du Congrès pour décider du référendum prochain – et les Indépendantistes l’auront – cela peut créer une certaine méfiance”, estime Sémir Al Wardi. On sait que la psychologie peut créer des effets sur le plan économique, et là, on est partis sur 4 ans où les choses vont se discuter. Maintenant, c’est aux Calédoniens, et à eux dans les différents camps : de bâtir ce destin commun. Et plus ils le feront, plus ils auront l’audace de créer quelque chose qui satisfasse tout le monde, plus ils sortiront de cette période-là.”

Rédaction web avec Laure Philiber 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X