samedi 8 mai 2021
A VOIR

|

Pénuries à Tubuai : Fernand Tahiata dénonce une gestion politique de la crise

Publié le

Publié le 04/10/2017 à 14:15 - Mise à jour le 04/10/2017 à 14:15
Lecture 2 minutes

L’immobilisation du navire Tuhaa Pae pour deux mois n’est pas sans conséquences pour Tubuai.
Sur l’île, le manque d’hydrocarbures, de chlore et de certaines denrées alimentaires se fait sentir. Le Mareva Nui est arrivé mercredi dans l’archipel. La houle a détérioré une partie des marchandises à bord.

Le ministre de l’Équipement, Luc Faatau, s’est rendu sur place ce jeudi, tandis que le maire, lui, est à Tahiti. Un jeu du chat et de la souris qui agace le tavana. Il reproche au gouvernement de le mettre en porte à faux par rapport à sa population : « je pense qu’ils veulent me casser, et montrer à ma population que je ne fais pas ce qu’il faut », s’insurge Fernand Tahiata. « Sauf qu’on n’a pas les mêmes moyens. C’est comme David et Goliath ! »
Le maire de Tubuai regrette un manque de coordination : « J’aimerais que l’on travaille ensemble!  J’ai une très bonne relation avec les services de l’État, mais avec ceux du Pays, tout est fermé ! On leur donne toutes les informations relatives à la commune, seul l’État nous appelle. Je n’ai jamais reçu un coup de fil du Pays ! » Le tavana en veut pour preuve le déplacement du représentant du gouvernement sur son île : « Un ministre du gouvernement vient à Tubuai, à aucun moment il ne me prévient ! C’est comme si quelqu’un rentrait dans ma maison sans être invité (…) Moi je sollicite le gouvernement, je souhaite les rencontrer », indique Fernand Tahiata.

Samedi, le Tahiti Nui quittera Papeete pour desservir Tubuai et Rurutu. « C’est le maire de Rapa qui nous informe du départ d’un bateau samedi… c’est une très bonne chose! Il y a plus de cent cinquante tonnes de produits agricoles qui attendent d’être acheminées vers Tahiti. Mais pourquoi personne ne me communique ces informations ? (…) On veut m’éliminer », conclut le maire. 
 

Propos recueillis par Laure Philiber 

infos coronavirus