samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Patrice Jamet risque de perdre son fauteuil de maire

Publié le

Publié le 04/08/2014 à 16:47 - Mise à jour le 04/08/2014 à 16:47
Lecture < 1 min.

La commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a rejeté le bilan de campagne du maire de Mahina. Deux autres personnalités sont dans le même cas : Clément Legayic, membre du conseil municipal de Papara ; et Denis Helme, candidat à Mahina.
Le tribunal administratif juge ces affaires le 8 octobre. Ils gardent donc leur siège d’ici là.

Délai non respecté, manque d’avis d’expert comptable : les comptes de campagne peuvent être rejetés pour plusieurs motifs.
Il est reproché au maire de Mahina de ne pas avoir déposé ses comptes à temps, ce qui serait faux selon son avocat maître François Quinquis.
Autre motif : il n’a pas désigné de mandataire financier pour son parti Ia Tura o Mahina. François Quinquis a déposé ce matin au tribunal administratif un mémoire qui justifie de la bonne foi de son client.
Denis Helme, candidat malchanceux, est aussi sur la sellette, comme il l’explique lui-même dans ce reportage de TNTV.
Les comptes de campagne de Clément Legayic, conseiller municipal de Papara, eux aussi sont rejetés.

Le tribunal administratif rend sa décision le 8 octobre.
Si le rejet des comptes de campagne est confirmé, ces trois personnes concernées seront inéligibles pendant un an. Les deux élus seront donc remplacés dans leur conseil municipal par un autre membre de leur liste.
Patrice Jamet perdrait alors son fauteuil de maire. Un membre de sa liste entrera au conseil municipal, qui devra élire un nouveau tavana. Mais son avocat annonce qu’il fera appel de cette décision.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.