Passe d’armes à l’assemblée à propos des déplacements du président Brotherson à l’étranger

Publié le

Fortes houles, à l’assemblée de la Polynésie ce jeudi après-midi, au cours de la deuxième séance de la session budgétaire. La vice-présidente, a déclaré déceler une forme sévère de schizophrénie dans les propos du Tapura, en réponse à une question de la représentante rouge Tepuaraurii Teriitahi sur les nombreux voyages du Président du pays, depuis son élection. Levée de boucliers chez les rouges qui réclament plus de respect.

Publié le 28/09/2023 à 17:49 - Mise à jour le 28/09/2023 à 17:49

Fortes houles, à l’assemblée de la Polynésie ce jeudi après-midi, au cours de la deuxième séance de la session budgétaire. La vice-présidente, a déclaré déceler une forme sévère de schizophrénie dans les propos du Tapura, en réponse à une question de la représentante rouge Tepuaraurii Teriitahi sur les nombreux voyages du Président du pays, depuis son élection. Levée de boucliers chez les rouges qui réclament plus de respect.

L’élue Tapura Tepuaraurii Teriitahi a interpellé ce jeudi en séance de l’assemblée le président du Pays, actuellement en déplacement aux États-Unis, sur ces multiples absences du territoire et l’intérêt des voyages officiels. « En un peu moins de 5 mois de gouvernance, vous avez effectué 6 voyages officiels d’une durée moyenne de 10 jours chacun et allez entamer dans quelques jours votre 7e déplacement », a relevé l’élue.

Après un déplacement en métropole, un autre en Papouasie Nouvelle-Guinée au côté d’Emmanuel Macron, une rencontre avec le Président américain Joe Biden, il y a quelques jours, Moetai Brotherson est attendu à l’ONU où il doit assister à la 4e commission traitant des questions liées à la décolonisation.

Revoir le direct de la séance à l’assemblée ici

« Monsieur le président, absent et en voyage, si les raisons et l’intérêt de vos multiples déplacements restent souvent un mystère, vos absences, elles, sont très remarquées, a estimé l’élue rouge. Nous ouvrons aujourd’hui la deuxième séance de la session budgétaire sans le président du Pays. Nous inaugurions aujourd’hui la Foire agricole sans le président du Pays. Nous ouvrirons demain le Salon du Tourisme, sans le président du Pays pourtant en charge du Tourisme et des Transports aériens internationaux.« 

– PUBLICITE –

Tepuaraurii Teriitahi a par ailleurs souligné que plusieurs menaces de grèves sont en cours et que le président « n’est pas là » pour gérer les conflits sociaux

« Quelle est la plus-value directe pour le Pays et le pouvoir d’achat des Polynésiens de ces voyages quasi mensuels qui coutent au contribuable la bagatelle de 50 000 Fcfp par jour hors billets d’avions et indemnités présidentielles ? », a-t-elle questionné. « Pensez-vous vous qu’à l’heure où nous démarrons nos travaux budgétaires, que nous inaugurons des événements importants, des secteurs clef de notre économie, que des conflits sociaux sont en passe d’éclater, et que le fossé se creuse dangereusement entre votre gouvernement et votre majorité, il soit véritablement pertinent d’aller faire une nouvelle fois de la diplomatie et de la représentation à l’autre bout du monde ? »

« Schizophrénie »

En l’absence de Moetai Brotherson, c’est la vice-présidente Eliane Tevahitua, visiblement piquée, qui a pris la parole. « Le premier mot qui me vient à l’esprit en vous entendant est le mot « schizophrénie » a-t-elle lancé. « La schizophrénie madame la représentante, est une maladie qui se caractérise par des troubles importants de la perception de la réalité », a enchainé la vice-présidente avant de rappeler que la Polynésie n’est pas « coupée » du reste du monde, l’accusant elle et son parti, d’être dans le « déni de notre réalité géographique, celle d’un pays qui doit s’ouvrir davantage à la région Pacifique ».

« Le rôle du président n’est pas de se cantonner à couper des rubans, mais bien de faire entendre la voix de notre peuple maohi », a déclaré Eliane Tevahitua.

Et alors que l’élue Tapura avait relevé la proximité de Moetai Brotherson avec Emmanuel Macron, la vice-présidente du Pays a répondu : « Vous confondez proximité avec subordination, respect avec soumission. »

« nous avons le droit de poser des questions, mais non pas de subir des insultes venant de votre part.« 

Lana Tetuanui, élue Tapura

Après ce discours cinglant, la séance s’est poursuivie… pour un temps. Représentante Tapura, Lana Tetuanui a décidé d’interrompre les discussions : « Les mots que vous employez à chaque fois et surtout « fa’atura » (respect, NDLR) ? Fa’atura ? Est-ce que vous vous entendez parler ? a-t-elle lancé à l’adresse d’Eliane Tevahitua. Nous sommes quand même des élus du peuple. C’est inscrit dans le règlement intérieur de l’assemblée : nous avons le droit de poser des questions, mais non pas de subir des insultes venant de votre part. J’ai tout entendu cet après-midi : « schizophrénie », « monomanie », « soumission »… Mais vous vous prenez pour qui madame Tevahitua ? Avant d’aller balayer chez les voisins, balayez peut-être devant votre porte parce que ça se voit qu’il n’y a pas d’entente chez vous. Ayez au moins du respect pour les nouveaux élus aussi bien de notre côté que de votre côté qui n’étaient pas aux affaires du Pays. Vous mettez tout le monde dans le même paquet. (…) J’espérais qu’en occupant le poste de vice-présidente, et en tant que femme, la sagesse aurait été de mise parce que si on doit continuer à poser des questions et se faire insulter ici, ça ne sert à rien de poser des questions. On a quand même le droit de savoir ce qui est productif pour la Polynésie avec autant de voyages qui ont été faits à part publier sur Facebook. »

Interrogée en sortie de séance, la vice-présidente est revenue sur cet échange houleux. Elle estime que la question Tepuaraurii Teriitahi témoignait d’un « manque de respect vis-à-vis du président de la Polynésie française (…) Elle aurait dû avoir la correction d’attendre son retour pour poser la question. Tout le monde sait qu’il est actuellement aux États-Unis. C’est pour cela que j’ai répondu de cette façon-là. »

Commencée à 13h30 pour cause de foire agricole, cette seconde séance de la session budgétaire a été écourtée.

La prochaine séance est prévue après la 4ème commission de l’ONU, le 12 octobre. Le ministre de l’Économie s’est quant à lui engagé à livrer les premiers éléments du rapport d’orientation budgétaire dès le 26.

Retrouvez le reportage complet de notre rédaction ce soir sur votre chaine.

Dernières news