dimanche 17 octobre 2021
A VOIR

|

Paea prépare ses citoyens à prendre la relève

Publié le

Permettre aux familles démunies de passer un Joyeux Noël, construire une structure pour améliorer les comportements des enfants, et avoir une commune plus verte : ce sont quelques-unes des requêtes des élèves de CM2 de Paea. Des propositions qu’ils ont soumises, ce matin, lors d’une rencontre avec leurs élus. Un éveil à la citoyenneté pour ces jeunes qui découvrent les institutions.

Publié le 23/11/2020 à 16:10 - Mise à jour le 23/11/2020 à 16:10
Lecture 3 minutes

Permettre aux familles démunies de passer un Joyeux Noël, construire une structure pour améliorer les comportements des enfants, et avoir une commune plus verte : ce sont quelques-unes des requêtes des élèves de CM2 de Paea. Des propositions qu’ils ont soumises, ce matin, lors d’une rencontre avec leurs élus. Un éveil à la citoyenneté pour ces jeunes qui découvrent les institutions.

C’est un cours d’éducation à la citoyenneté qu’ils ne sont pas près d’oublier : une vingtaine d’élèves de CM2 de l’école Vaiatu ont participé, ce matin, à une rencontre avec leur tavana et quelques élus. Un événement dans le cadre des animations organisées par la commune à l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant.

Lors de ce mini-conseil municipal, ils ont même pu formuler des propositions à destination des jeunes de la commune. Un exercice de pédagogie pour le maire comme pour ces élèves.

“Ce matin, ça m’a permis d’être plus pédagogue. C’est important de montrer à ces enfants ce qu’est un débat démocratique, quand est-ce qu’il débute, et où”, indique le maire, Tony Geros.

Tony Geros, maire de Paea

“Ce genre d’exercice est fondamental” indique Rainui Hugon, inspecteur pédagogique dans la 7ème circonscription. “Les enfants vivent la citoyenneté en acte. Ce genre de rencontre avec un élu de proximité permet aux élèves de mieux comprendre les institutions. C’est au programme du cycle 3 (CM1 et CM2). Les élèves en classe travaillent sur le fonctionnement des institutions et d’un conseil municipal, et là, ils ont pu y assister ou assister à un échange, en tous cas. Ils vivent un débat démocratique et c’est concret. C’est important pour la vie de citoyen. L’école est le premier lieu où les élèves découvrent la citoyenneté. C’est un espace où il y a des règles, où on apprend à vivre en collectivité avec ses camarades. On a des droits et des devoirs. Ici, on élargit ce fonctionnement à l’échelle d’une commune. Les élèves se sont rendus compte qu’on peut être un élu, un maire, et ne pas faire tout ce que l’on veut. On est soumis au respect des règles et des autres.”

“Pratiquement tous les projets qui ont été proposés par les enfants figurent déjà dans notre programme communal. J’ai même plaisanté à ce sujet en leur demandant s’ils ne s’en étaient pas inspirés! Mais au delà de cela : les demandes qui ont été faites par ces enfants reflètent celles des administrés de la commune de manière générale. Ils veulent un mieux-être, un mieux vivre, des déchets bien traités, un bord de mer propre, un cadre de vie agréable, visiter leurs vallées. Je leur ai dit que nous avons bien écouté leurs demandes, et que les projets vont sortir de terre petit à petit”.

Après les questions préparées en classe, les CM2 ont pu échanger à bâtons rompus avec leur maire. Et lui poser librement les questions de leur choix. Une initiative pour les sensibiliser à la liberté d’expression. Ainsi, les élèves ont cherché à savoir si Tony Geros était un élève studieux, quel était le métier de ses rêves, et s’il avait commis des erreurs depuis qu’il avait pris ses fonctions. Les réponses très franches de l’édile n’ont pas manqué de faire réagir les enfants. Cet échange leur a aussi montré que les élus sont des personnes bien plus accessibles qu’ils ne l’auraient imaginé.

Vaiatu : pépinière de tavana?

À l’issue de la rencontre, ce sont les élus qui ont interrogé les élèves. Devenir un élu au service de la population : est-ce une perspective qui les intéresse pour leur avenir?

“À la fin de la séance, presque toutes les mains se sont levées. Ils voulaient tous prendre ma suite!” relève Tony Geros.

“Les enfants m’ont posé la question : il faut quel diplôme pour être maire? Je leur ai répondu qu’il faut surtout du bon sens et de la volonté. Pas besoin d’attendre d’être maire ou élu pour agir. Chacun peut agir pour la collectivité. Même eux, à leur niveau, en tant que délégués de classe. Lorsqu’on a à prendre une décision, on la prend en fonction du bon sens qui nous anime, pas en fonction des diplômes que nous avons. Les jeunes : croyez en vous et en vos capacités!”

Rédigé par

infos coronavirus