jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Nuihau Laurey : « C’est au juge, et pas au politique, de décider si un élu est éligible ou pas »

Publié le

Publié le 08/04/2018 à 9:41 - Mise à jour le 15/06/2019 à 3:16
Lecture 4 minutes

Vous souhaitez un développement plus respectueux de l’environnement. Mais le projet de pêche aux Marquises prévoit de pêcher près de la nurserie des thonidés, pour ce qui est de Hao, le rapport de la CTC (chambre territoriale des comptes) indique que les modalités concernant le risque environnemental ne sont pas encore connues et le projet d’extraction à Makatea fait lui aussi débat. On a l’impression que sur la question de la protection de l’environnement, le Tapura tient un double discours.

 Non absolument pas. Concernant le projet de pêche aux Marquises, ce n’est pas un projet qui est porté par le gouvernement. J’espère que vous l’avez bien noté.

Sur les autres projets, notamment sur Hao, le gouvernement a mis en place toutes les mesures pour justement prendre ses précautions par rapport à l’environnement. De manière plus générale, dans l’ensemble des textes qui sont proposés, la question du réchauffement climatique, de la biodiversité, la question du respect de l’environnement est maintenant quelque chose qui est présente dans tous les textes. Dans notre programme, nous disons effectivement que cette dimension environnementale doit apparaître dans tous les projets de loi qui seront présentés à l’assemblée.

Samedi, plusieurs centaines de personnes ont manifesté contre le projet des îles flottantes. Est-ce que c’est toujours un souhait du Tapura de voir ces îles flottantes en Polynésie ?

Il faut bien comprendre ce dossier et l’attitude du gouvernement. Le gouvernement a indiqué qu’il était tout à fait d’accord pour que des études de faisabilité soit menées sur un projet d’îles flottantes, techniques et économiques. Il a souhaité que tous les chercheurs, tous les scientifiques, tous les techniciens puissent travailler sur ces études de faisabilité. Ça n’est qu’au terme de ces études que la décision de réaliser ces îles ou non sera prise en concertation avec les élus concernés. Mais nous sommes encore très loin de la réalisation effective d’un tel projet. Il ne faut pas avoir peur de l’avenir. Ce sont des projets comme cela qui concernent le réchauffement climatique, la montée des eaux… Ce sont dans ces projets que nous devons attirer des chercheurs. Et c’est ce qu’a fait le gouvernement.

Ces études coûtent très cher. Quand est-ce qu’on aura les résultats ? Quand est-ce que les décisions seront mises en place ?

Elles coûtent très cher. Mais elles ne sont pas financées par le Pays puisque des investisseurs ont prévu de les financer. L’objectif c’est de faire en sorte que la communauté scientifique s’intéresse à la Polynésie et puisse venir en Polynésie travailler sur ces sujets.
Mais quand a la décision effective de permettre la réalisation d’une île flottante ce seront bien sûr les élus, les maires, les associations qui auront leur mot à dire… […]

Le Tavini organise le week-end prochain une marche pour la probité des élus et pour dire non à la corruption. E Reo Manahune fait aussi de la probité le cœur de sa politique. Le Tapura, lui, sur sa liste, présente beaucoup de visages bien connus de la justice, déjà condamnés. Qu’est-ce que vous répondez à vos adversaires politiques qui vous reprochent votre manque de probité ?

Sur ce sujet, je sais que tous les colistiers de toutes les listes sont éligibles au regard de la loi. Maintenant, dans le cadre de ces élections, ce qui est demandé aux citoyens c’est de se prononcer sur les projets qui seront portés par chacune des formation politique pour les cinq prochaines années. Il n’est pas question dans ces élections de s’intéresser à la situation judiciaire d’un tel ou d’un tel sur chacune des listes d’ailleurs, parfois pour des affaires qui remontent à plus de dix ans.
Je sais aussi que sur ce sujet chaque citoyen aura la capacité de décider s’ils souhaitent soutenir tel ou tel candidat.

Maintenant sur la question d’une éventuelle loi, qui empêcherait les élus de se présenter s’ils ont été condamnés, je pense que le conseil constitutionnel s’est déjà prononcé en 2010, en disant qu’il y avait un principe fondamental dans le droit français qui est l’individualisation des peines. On ne peut pas mettre tout le monde dans le même sac. C’est au juge, et pas au politique, de décider si un élu est éligible ou pas. Il faut bien laisser la séparation des pouvoirs…

Nos confrères de la Première ont révélé qu’une plainte a été déposée contre Edouard Fritch et quatre de ses ministres. Il leur est reproché d’avoir utilisé l’argent public pour aller faire campagne. Qu’est-ce que vous avez à dire sur le sujet ? Est-ce que le gouvernement a voyagé avec le budget du Pays ou celui de la campagne ?

Non, le gouvernement voyage avec l’argent public dans le cadre des fonctions qui lui sont confiées. Maintenant, qui a déposé cette plainte ? Yves Conroy, c’est un spécialiste des plaintes en justice. Il m’a attaqué personnellement en justice trois fois, il a perdu trois fois. Je pense que la justice commence à peine. A l’issue de cette campagne, les comptes seront clôturés et la commission de contrôle des comptes de campagne examinera l’utilisation des fonds publics. Je n’ai aucun souci sur le sujet. Je sais que le gouvernement travaille et je pense que c’est ce que la population attend. Ce n’est pas parce que les élections ont lieu dans deux semaines que le gouvernement doit se tourner les pouces. […] Il y a une distinction dans les dépenses du gouvernement et de la campagne. […] 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

À domicile, en lieu dédié… Comment effectuer sa quarantaine...

La cellule de crise sanitaire du Pays a mis en place depuis le 25 mai une fiche d"engagement sur l'honneur" pour tout voyageur entrant en Polynésie qui doit effectuer une quarantaine obligatoire de 14 jours, à domicile ou dans un centre d'hébergement dédié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV