fbpx
vendredi 24 janvier 2020
A VOIR

|

Nicole Sanquer quitte le groupe Tapura Huiraatira

Publié le

Nicoles Sanquer ne siégera plus parmi la majorité à l’assemblée de la Polynésie française. Elle a déposé jeudi sa démission du groupe Tapura Huiraatira mais n’a pas pour autant demandé à quitter le parti politique. La représentante évoque un malaise un sein de la majorité et des doutes quant à certains textes votés à l’assemblée.

Publié le 07/12/2019 à 11:03 - Mise à jour le 09/12/2019 à 9:36
Lecture 2 minutes

Nicoles Sanquer ne siégera plus parmi la majorité à l’assemblée de la Polynésie française. Elle a déposé jeudi sa démission du groupe Tapura Huiraatira mais n’a pas pour autant demandé à quitter le parti politique. La représentante évoque un malaise un sein de la majorité et des doutes quant à certains textes votés à l’assemblée.

Pouvez-vous nous expliquer ce qui a provoqué cette prise de distance ?
“C’est une décision mûrement réfléchie. J’ai interrogé ma fédération Tapura Huiraatira de Mahina. Il s’agit surtout d’un malaise qui existe aujourd’hui et que je ressens depuis quelques mois au sein de l’assemblée de la Polynésie française et notamment sur certains textes où j’ai voté favorablement, mais j’étais plutôt sceptique quant à l’application ou à la portée de ces textes. Par respect pour la majorité, j’ai toujours respecté les consignes de vote. Aujourd’hui j’aimerais siéger dans les non-inscrits pour pouvoir participer au débat. Nous avons été élus sur un programme en 2018 et aujourd’hui j’aimerais défendre ce programme. Parfois on s’en éloigne un peu et je voudrais surtout travailler sur les engagements qui ont été pris devant la population et qui traînent un peu à arriver, ou parfois qui ne sont pas tout à fait respectés.”

Vous quittez le groupe à l’assemblée, mais pas le parti politique. Pourquoi ?
“Je ne quitte pas le parti politique. Pour le moment je suis députée de la majorité et je souhaiterais continuer à porter les projets de la Polynésie française à Paris. Mais même sur ce point-là, depuis les élections européennes, je l’ai dit au président Edouard Fritch que j’ai rencontré hier, je sens une mise à l’écart sur certains des dossiers qui me tiennent vraiment à cœur, notamment cette prochaine convention Etat-Pays santé, celle qui va venir remplacer la convention RSPF, et on n’accompagne plus le président dans ses missions à Paris. Et il est vraiment difficile parfois de travailler dans ces conditions, mais je reste députée de la majorité. Et surtout, j’ai été élue sur un programme, j’ai contribué à la création de ce parti. J’ai contribué aux victoires de ce parti, j’ai fait campagne et je reste persuadée que le programme sur lequel nous avons été élus était bon.”

Où siégerez-vous dans l’hémicycle ? Y a-t-il d’autres représentants qui pourraient vous suivre dans votre démarche ?
“Ma démarche est personnelle, c’est vraiment le résultat d’une réflexion et aujourd’hui je vais siéger chez les non-inscrits, donc je serai toute seule. Et je souhaiterais continuer à travailler sur les textes. Mais surtout je voudrais qu’il y ait beaucoup plus de communication entre les élus, le gouvernement, qu’il y ait de vraies réunions de travail sur les textes qui sortent aujourd’hui. La majorité forte du Tapura fait parfois qu’on tue le débat à l’assemblée.”

Au sujet des prochaines municipales, allez-vous vous porter candidate sur la commune de Mahina ?
“Oui, je l’ai annoncé. Je présenterai ma liste, qui s’appelle Tamarii Mahina A Tu, le 18 janvier prochain. Et comme je l’ai annoncé, je ne demanderai pas l’investiture du Tapura, puisque c’est une liste apolitique qui réunit des personnes qui veulent travailler sur un projet communal, qui veulent travailler pour Mahina.”

En cas de victoire, vous serez confrontée à la question du cumul des mandats. Lequel choisirez-vous ?
“Je choisirai le mandat de tavana. En effet, il m’est interdit d’être députée et tavana. Et après une longue réflexion, je m’engagerai pour ma commune.”

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

L’inlassable hausse des cotisations sociales

Les nouvelles hausses des cotisations sociales sont effectives depuis le 1er janvier. Adoptées en conseil des ministres le 13 décembre, elles visent la tranche A de la retraite et l’assurance maladie. Des augmentations "nécessaires", juge le gouvernement, malgré les réticences des partenaires sociaux.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X