samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Moetai Brotherson : « Les électeurs ne sont pas des marchandises »

Publié le

Publié le 04/06/2017 à 17:14 - Mise à jour le 04/06/2017 à 17:14
Lecture < 1 min.

Moetai Brotherson est le seul candidat du Tavini à concourir au second tour des élections législatives. 

« Ce n’est pas évident d’expliquer ces bons résultats. Cela tient à plusieurs choses. D’abord la personnalité du candidat, certainement, ce que l’on a proposé, j’espère. Et puis également le fait que Faa’a soit dans ma circonscription, une commune dans laquelle je suis adjoint au maire« , témoigne le candidat. Si Faa’a est historiquement la base du Tavini, passer la barre du premier tour face à Patrick Howell et Vincent Dubois est actuellement une surprise. 

Pour Moetai Brotherson, l’objectif n’est pas de profiter de la division des autonomistes. « Nous n’étions pas dans ses calculs d’apothicaire, à savoir à qui aller profiter la division. Nous on avait un programme, on a décliné notre programme, et on a parlé aux gens de nos valeurs sans vouloir profiter de la division des autres. Les électeurs ne sont pas des marchandises« , ajoute-t-il.

Son adversaire du Tahoera’a Vincent Dubois sera dans son camp pour le deuxième tour. Un soutien qu’il accueille avec humour : « entre rugbymans je crois qu’on est fairplay, je le remercie, et j’aurais appelé à le soutenir si cela avait été l’inverse« , explique Moetai Brotherson. 

S’il est élu, il sera le seul candidat indépendantiste de Polynésie à représenter le fenua à l’Assemblé. 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.