A VOIR

|

Moetai Brotherson : “Il faut qu’ils s’habituent à voir des lavalava à l’Assemblée parce qu’on va être 3”

Publié le

À peine élus… et déjà au travail. Les trois députés consacrés sont en route pour l’Assemblée nationale. Fort de sa victoire écrasante le Tavini Huira’atira l’a une nouvelle fois célébrée. Militants indépendantistes et cadres du parti se sont déplacés en nombre à l’aéroport pour féliciter et accompagner leurs parlementaires.

Publié le 20/06/2022 à 17:56 - Mise à jour le 22/06/2022 à 10:33
Lecture 2 minutes

À peine élus… et déjà au travail. Les trois députés consacrés sont en route pour l’Assemblée nationale. Fort de sa victoire écrasante le Tavini Huira’atira l’a une nouvelle fois célébrée. Militants indépendantistes et cadres du parti se sont déplacés en nombre à l’aéroport pour féliciter et accompagner leurs parlementaires.

Une haie d’honneur sur le chemin qui les mènera à Paris. C’est ce qu’ont préparé les militants et les proches des 3 députés élus samedi soir. Le hall de l’aéroport de Faa’a s’est paré de drapeaux bleus et blancs et le cou des parlementaires indépendantistes, d’une montagne de couronnes. Un cadeau de départ comme seule la Polynésie sait offrir. “Tematai est très jeune. Ça donne envie de faire comme lui”, réagit un jeune homme.

Pour Moetai Brotherson, ce rassemblement est le témoignage de “tout l’amour” de ce peuple. “On va le porter jusqu’à Paris. On a le coeur lourd ce soit de quitter tous ces gens mais on sait qu’on va travailler pour notre peuple.”

Tematai le gayic quant à lui se dit “content parce que ça nous donne de la motivation pour aller faire bouger, faire trembler à l’assemblée nationale. J’emporte de la confiance, du baume au coeur, et surtout une envie de protéger les intérêts des Polynésiens.”

“Ça fait chaud au coeur de voir son peuple venir nous recevoir et nous souhaiter bon voyage. Ça fait du bien” lance le nouveau député de la circonscription 2, Steve Chailloux.

Les trois élus le savent : dès leur arrivée, une série de rendez-vous les attend. S’ils sont enthousiastes, ils refusent de se laisser enfermer dans un schéma régi par des normes parfois pesantes, et entendent bien casser les codes. “Il faut qu’ils s’habituent à voir des lavalava à l’Assemblée parce qu’on va être 3. Peut-être qu’on va créer la mode on ne sait pas“, déclare Moetai Brotherson, sourire aux lèvres.

“C’est la symbolique. Il faut montrer au peuple de France qu’on existe, aux élus politiques français qu’on existe, et le pareu c’est le symbole, estime le jeune Tematai le Gayic. Le plus gros travail c’est dans cette circonscription parce qu’elle est grande, elle est plus grande que la France et il y a du boulot.”

Où siègera le trio indépendantiste ? S’il envisage d’intégrer la Nupes, le groupe unique pourrait finalement ne jamais voir le jour. La possibilité d’une formation ultramarine a également été évoquée.