Maire Frébault : « On ne peut pas parler de népotisme » au Tavini Huira’atira

Publié le

Sur la liste de la section 1 du Tavini Huira'atira, Maire Frébault était l'invitée de notre journal mercredi. Pour elle, la polémique autour d'une démission de Vannina Crolas, démentie, est un "non évenement". Interrogée sur des accusations de népotisme au sein du parti, elle explique que l'engagement politique est quelque chose de normal au sein de sa famille mais nie un quelconque favoritisme.

Publié le 30/03/2023 à 10:39 - Mise à jour le 28/12/2023 à 9:30

Sur la liste de la section 1 du Tavini Huira'atira, Maire Frébault était l'invitée de notre journal mercredi. Pour elle, la polémique autour d'une démission de Vannina Crolas, démentie, est un "non évenement". Interrogée sur des accusations de népotisme au sein du parti, elle explique que l'engagement politique est quelque chose de normal au sein de sa famille mais nie un quelconque favoritisme.

TNTV : Même si Vannina Crolas conteste le dépôt de sa démission de son poste de secrétaire générale du Tavini Huira’atira, il y a forcément encore un malaise au sein du parti qui enchaine depuis ces derniers jours les effets d’annonce…
Maire Frébault :
«Comme vous venez de le dire c’est vraiment un effet d’annonce, c’est un non-événement. Il n’y a pas eu de démission de la part de Vannina. Il y a parfois des débats animés au sein du Tavini Huira’atira, mais je pense que ça constitue aussi une force parce que nous avons des valeurs communes, mais pas forcément une pensée unique, et ça illustre notre diversité et la richesse du parti.»

TNTV : Pourtant nous avons essayé de contacter Vannina pour avoir sa réponse publique. Il semble qu’elle souhaite attendre Oscar Temaru qui est en déplacement aux Marquises avant d’intervenir. Pourquoi attendre que le président revienne ?
Maire Frébault :  «Au sein du Tavini Huira’atira, Oscar Temaru représente le Metua du parti, donc bien évidemment, toutes les décisions  ont son approbation mais aussi son avis. On se tourne forcément tous vers lui à un moment donné pour savoir ce qu’il en pense. Et je pense que Vannina est comme nous, comme chacun des militants du Tavini. »

TNTV : Est-ce qu’il y a encore d’autres foyers d’incendie qu’il faudra éteindre dans les prochains jours au sein du Tavini Huira’atira dans les prochains jours ? On a souvent employé le terme « népotisme », surtout lorsqu’il y a eu la présentation de la liste Tavini Huira’atira sur laquelle on a remarqué que plusieurs membres d’une même famille étaient inscrits ; Vous, vous faites partie de la lignée des Frébault. En tant que jeune, qu’est-ce que vous répondez à cela ?
Maire Frébault :
« On dit souvent qu’on ne choisit pas sa famille, on choisit ses amis.C’est vrai, mon père est conseiller municipal auprès de la commune de Pirae, mon oncle Angelo Frébault est représentant à l’APF(assemblée de la Polynésie, NDLR) pour le Tavini Huira’atira, et mon autre oncle Pierre Frébault a été ministre à l’époque de l’UPLD. Pour moi ce sont des exemples personnellement, parce que je suis issue de cette famille où l’engagement politique est quelque chose d’assez normal, d’assez ordinaire. Et donc je pense que, bien évidemment, ça a influencé mon choix aujourd’hui puisque j’ai moi-même candidaté auprès du Tavini Huira’atira et que j’ai été retenue dans la liste. Donc ça a influencé mon choix, mais on ne peut pas parler de népotisme. Président Oscar Temaru nous a bien dit lorsqu’on a présenté nos candidatures, qu’on était là pour servir le peuple. Et donc c’est une fierté parce que j’ai des membres de ma famille qui ont servi ce peuple, et maintenant c’est mon tour. »

TNTV : On revient sur la campagne des Territoriales. Vous êtes donc colistière de Tematai Legayic sur la section 1 qui comprend les communes de Papeete, Pirae, Arue  et l’île de Moorea. Vous êtes en 12e position dans la section à laquelle 13 sièges sont attribués. Une chance infime donc pour vous de siéger à l’assemblée. Vous avez 38 ans et vous êtes issue du secteur de la fonction publique. Qu’est-ce qui vous pousse à vous présenter pour ces Territoriales. C’est la première fois que vous participez à une élection ?
Maire Frébault :
« C’est la première fois. Cette année c’est la première fois que je m’engage politiquement. Je suis militante quand même du Tavini Huira’atira depuis quelques années. Et j’ai choisi cette année de proposer ma candidature qui a été acceptée parce que je partage les valeurs du Tavini Huira’atira. Pour moi, le Tavini Huira’atira propose de bâtir une société qui nous ressemble et qui nous rassemble par sa diversité et sa richesse. Et c’’est cela qui m’a plu. Et il y a la question aussi du renouveau politique. Aujourd’hui, j’espère incarner ce renouveau politique. (…) Quand vous voyez la section 1, je peux vous dire que tous nos aito sont motivés et qu’il est passé un vent de jeunesse sur notre section. »

TNTV : Quels sont vos priorités ? Quelles sont pour vous les priorités de mise en œuvre pour le fenua ?
Maire Frébault :
« Avant d’aborder ce point, je tenais à remercier tous nos électeurs de la section 1 qui ont permis de porter aux plus hautes fonctions monsieur Tematai LeGayic, notre député, le plus jeune de France. Donc merci à la section 1. Je suis fière de faire partie de cette section. »

TNTV : Vous allez surfer sur ces résultats pour faire de bons chiffres pour ces Territoriales ? Les résultats que Tematai a eu aux législatives vont vous servir pour remporter ces Territoriales ?
Maire Frébault :
« Bien sûr. Tematai est notre tête de liste, mais ce n’est pas le seul après. Chaque colistier a sa pierre à apporter à l’édifice. C’est aussi ça que nous voulons partager dans la section 1. »

TNTV : Il reste 1 minute pour parler de votre programme. Quels sont les points importants pour vous ?
Maire Frébault :
« Quelques mesures concrètes, brièvement : dans le secteur du tourisme, nous allon saider à développer la petite et moyenne entreprise et notamment les locations saisonnières, parce que pour nous, qui dit location saisonnière, dit revenu directement dans la poche du Polynésien. C’est pour ça qu’on a axé notre programme sur ce point. Pour promouvoir le tourisme, nous voulons aussi récupérer la pleine maitrise de notre aéroport. C’est l’outil par lequel ceux qui viennent en Polynésie arrivent, donc si on ne peut pas contrôler ça, comment voulez-vous qu’on puisse développer le tourisme ? Dans le secteur de l’agriculture, nous nous sommes rendu compte que les produits agricoles ne représentent que 3% de notre PIB. ce n’est pas assez. Nous voulons justement développer ce secteur en mettant en place les structures de stockage et de transformation agroalimentaire des produits pour accompagner nos agriculteurs.« 

Dernières news

Activer le son Couper le son