jeudi 23 septembre 2021
A VOIR

|

Macron, nouvel enfant des Marquises

Publié le

"Te Hakaiki Taha'oa", tel est le nom marquisien donné à Emmanuel Macron par la mairesse de Hiva Oa, Joëlle Frébault. Accueilli ce dimanche en fin de journée aux Marquises, le Chef de l'Etat a reçu un accueil en grande pompe. Un événement chargé en émotions comme l'a notamment traduit son discours.

Publié le 25/07/2021 à 19:41 - Mise à jour le 26/07/2021 à 10:08
Lecture 3 minutes

"Te Hakaiki Taha'oa", tel est le nom marquisien donné à Emmanuel Macron par la mairesse de Hiva Oa, Joëlle Frébault. Accueilli ce dimanche en fin de journée aux Marquises, le Chef de l'Etat a reçu un accueil en grande pompe. Un événement chargé en émotions comme l'a notamment traduit son discours.

Aucun président de la République française en exercice n’avait posé les pieds aux Marquises avant Emmanuel Macron. C’est peut-être ce qui a expliqué l’ampleur de l’accueil auquel a eu droit le Chef de l’Etat, presque digne d’un festival des Marquises.

Après un arrêt au cimetière de Hiva Oa, où le Président Macron a rendu hommage à Jacques Brel et Paul Gauguin, il a été escorté par un cortège de chevaux jusqu’au stade d’Atuona. Là, 3000 personnes au total l’attendaient, comptant entre 500 et 600 danseurs venus des quatre coins des Marquises. Parmi le public, 1000 personnes ont également fait le déplacement depuis les autres îles de la Terre des Hommes.

L’arrivée du Président au stade d’Atuona a été marquée par un instant de silence. Le discours de la mairesse de l’île, Joëlle Frébault, qui a suivi l’accueil d’Emmanuel Macron, a quelque peu annoncé les couleurs de la visite présidentielle, avec un message fort en émotions : celui de l’attachement des Marquisiens à leur terre mais aussi à la France.

“Notre part d’identité française est pleinement voulue et assumée. Nous sommes Marquisiens, Polynésiens, Français et nous en sommes fiers Monsieur le Président“, a déclaré la mairesse.

Et comme le veut la tradition marquisienne, Emmanuelle Macron s’est même vu attribuer un nom dans la langue locale : “Te Hakaiki Nui Taha’oa” ou “l’homme qui marche et qui va loin” en français.

Joëlle Frébault n’a pas non plus caché l’attente des Marquisiens qui espèraient le soutien du Chef de l’Etat à la candidature mixte des Marquises au patrimoine mondial de l’Unesco. Un dossier engagé par la CODIM, la communauté des communes de l’archipel, depuis 2018.

“Dans le Pacifique, il y a très peu de biens qui sont labélisés par l’Unesco. C’est une démarche marquisienne, polynésienne, française bien entendu mais aussi une démarche pour toute l’Océanie”, a expliqué le Ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu. “Les enjeux sont avant tout des enjeux de préservation. Derrière, il y a bien entendu des enjeux de développement touristique […]. C’est aussi un peu le problème. Il s’agit de dire comment on gère le flux potentiel de touristes”.

Et la Terre des Hommes pourra bel et bien compter sur le soutien d’Emmanuel Macron. “Oui, je me battrais à vos côtés pour que nous puissions classer à l’Unesco les Marquises”, a-t-il affirmé dans un discours fortement tourné vers la préservation de la culture et de la nature.

Macron est d’ailleurs allé jusqu’à débuté son discours en marquisien, une initiative qui a fortement ému la population. “Vous m’avez montré un peu plus ce soir d’où je venais grâce à vous. Je vous emporte dans mon cœur. Soyez fiers d’être des Marquisiens, et Marquisiennes, Polynésiens et Polynésiennes, Français et Françaises”, a-t-il terminé avant d’enlacer tour à tour Joëlle Frébault et Edouard Fritch.

Un discours qui a fait mouche. “C’est un président qui a beaucoup d’humilité, il n’hésite pas à se rapprocher et à côtoyer la population. C’est ça qui nous anime”, a témoigné ému Felix Barsinas, maire de Tahuata et président de la CODIM. “Si d’autres revendiquent leur souveraineté, leur indépendance, les Marquises restent attachés à la France. […] L’émotion, la joie, elle est immense”.

Demain, le Chef de l’Etat se rendra sur le site archéologique de Upeke où il devrait aborder plus en détails le sujet de l’inscription des Marquises au patrimoine mondial de l’Unesco. Les Marquisiens attendent également le soutien de Macron pour l’inscription du matatiki au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

“S’il nous aide là-dessus et que le matatiki est inscrit à l’Unesco, tous nos symboles seront reconnus au niveau mondial et pour les Marquises, c’est vraiment quelque chose de très important”, a déclaré Teiki Huukena, président de l’association Patutiki. “C’est notre culture marquisienne qui sera reconnue au niveau international”.

Emmanuel Macron visitera également le RSMA de l’île où il prendra la parole. Il passera ensuite l’après-midi à Manihi où il posera la première pierre de l’abri de survie de l’atoll et fera état de la centrale hybride, avant de rentrer sur Tahiti pour une réunion avec les acteurs économiques du Pays.

Suivez la visite du Chef de l’Etat en direct dans notre liveblog ICI

Rédigé par

infos coronavirus