mardi 18 mai 2021
A VOIR

|

Les petites listes dénoncent le système électoral

Publié le

Publié le 27/03/2018 à 9:15 - Mise à jour le 27/03/2018 à 9:15
Lecture 2 minutes

Pour se présenter aux élections territoriales, il ne suffit pas d’inscrire 73 noms sur une liste. Depuis le 31 janvier 2018, la loi impose que chacun des candidats de la liste fournisse une copie de justificatif d’identité et une signature manuscrite assortie d’une mention indiquant que l’on s’engage bien à être candidat à l’élection. Mais ce n’est pas tout. Pour s’assurer que les candidats résident bien dans les sections qu’ils représentent, chacun d’entre eux doit fournir, soit une attestation d’inscription sur les listes électorale, soit une attestation fiscale qui prouve que l’intéressé paie ses impôts dans l’une commune de la section dans laquelle il se présente.

Et c’est justement là où réside le problème. Certains candidats dénoncent réticence de la part des mairies à fournir ces documents.

« C’est un document qui n’était pas facile à obtenir parce que parfois les maires étaient difficiles à trouver » indique laconique Marcel Tuihani.  Heia Parau va plus loin, pour elle « Certaines communes ont refusé de donner les attestations à nos candidats ». « Ce qui fait qu’on a dû enlever des gens de notre liste parce qu’on avait pas les attestations pour mettre d’autres personnes qui les avaient » ajoute Jérôme Gasior de la liste UPR.

Tevai Haumani, postulant éconduit pour cause de retard de dépôt, n’hésite pas à dénoncer. « Tous les tavana du Tahoera, aussi du Tapura mais beaucoup de Tahoeraa, sont intervenus. Lorsque vous avez une liste pleinement constituée il y a une semaine, mais que ces personnes reçoivent des pressions et se désistent à la dernière minute, qu’est-ce que vous faites ? »

Stratégie pour éliminer la concurrence ? Tauhiti Nena tempère. Pour lui aussi, les attestations ont été parfois compliquée à obtenir, mais pour lui, la solution était d’anticiper. « Ça va faire six mois qu’on prépare ces élections, c’est ce qui nous a permis de mieux s’organiser et de s’y prendre à l’avance ».

Invité du journal de TNTV du mardi 27 mars, Vatea Heller dénonce les mêmes « retards volontaires » de la part de certaines mairies, mais pointe du doigt le système électoral. « C’est la logique des choses de déposer un recours, mais pas uniquement contre les maires qui ont fait obstruction, c’est de bonne guerre. Par contre la loi électorale, aujourd’hui, avec une circonscription unique, est très discriminatoire vis-à-vis des petits mouvements qui se lancent ».
 

Rédaction Web avec Laure Philiber et Brandy Tevero

infos coronavirus

Vaccin, nucléaire, social : l’interview en Polynésie de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer

La visite du ministre des Outre-mer en Polynésie s'est achevée vendredi après un passage dans l'archipel des Marquises. Sébastien Lecornu était l'invité de notre journal avant de repartir en métropole :

Une pétition pour pouvoir voyager en métropole

Les déclarations du ministre des Outre-mer ont douché les espoirs de centaines d’habitants qui espéraient enfin pouvoir fouler le sol de métropole...