lundi 8 mars 2021
A VOIR

|

Les moments politiques de 2016

Publié le

Publié le 27/12/2016 à 8:15 - Mise à jour le 27/12/2016 à 8:15
Lecture 2 minutes

En politique, l’année 2016 démarre par l’annonce officielle de la candidature d’Oscar Temaru à la présidentielle de 2017. Le maire indépendantiste de Faa’a et ancien président de la Polynésie devient le premier polynésien à tenter de s’engager dans ce scrutin majeur.
 
Au mois de février c’est l’actuel président de la République qui arrive en Polynésie. Une visite de trois jours durant lesquels il fait des annonces importantes, comme l’inscription de la dotation compensant l’arrêt des essais nucléaires, dans la loi organique de la Polynésie. Il annonce également la révision de la loi Morin pour l’indemnisation des victimes du nucléaire et lancera les accords de Papeete: des engagements diversement respectés huit mois après sa visite.
 
La ministre de l’éducation Najat Vallaud Belkacem lui emboîtera le pas quelques mois après pour finaliser plusieurs aides financières à destination de l’éducation en Polynésie. Les établissements seront rénovés, il y aura plus de classes, plus de professeurs et plus de logements pour les étudiants.
 
Au mois de juillet c’est le candidat à la primaire de la droite, Alain Juppé qui arrive pour convaincre les électeurs polynésiens. L’ancien ami de Gaston Flosse choisi Tearii Alpha pour être son référent en Polynésie. Une décision qui enrage le Tahoeraa, obligé de se tourner vers l’ennemi d’hier Nicolas Sarkozy. Mais c’est finalement François Fillon qui sortira vainqueur même si, en Polynésie, il est battu par le candidat soutenu par le Tapura Huiraatira.
 
Le nouveau parti du président de la Polynésie maintient sa suprématie mais devra faire face à une fronde inattendue lors du 27ème congrès des communes. Les maires lancent alors un ultimatum de trois mois au Gouvernement pour corriger certaines méthodes de travail, comme l’opacité des projets de développement pour les communes engagés par le pays. La polémique est lancée et mettra plusieurs semaines pour s’estomper.
 
Alors que le projet de ferme aquacole à Hao se concrétise le Gouvernement est victime d’un coup dur. La société choisie pour financer le projet Mahana Beach est insolvable. Le projet est rediscuté avec des investisseurs locaux et sera moins important que prévu. Mais surtout les travaux sont retardés.
 
Parallèlement le président de la Polynésie et une grosse délégation conduite par Oscar Temaru se rendent au siège de l’ONU. Edouard Fritch a voulu faire entendre la voix des polynésiens attachés à la France. Mais le fait le plus marquant pour la Polynésie au niveau régional est l’accession de la Polynésie au titre de membre à part entière du Forum des îles du Pacifique. Une décision attendue depuis plus de 10 ans.
 

Rédaction Web

infos coronavirus