dimanche 5 décembre 2021
A VOIR

|

Les femmes francophones d’Océanie plaident pour le renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique

Publié le

Publié le 14/07/2014 à 9:19 - Mise à jour le 14/07/2014 à 9:19
Lecture 3 minutes

Sous l’égide du secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS), l’Union des femmes francophones d’Océanie (UFFO), regroupe les ONG (Organisations non gouvernementales) féministes de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française, du Vanuatu et de Wallis et Futuna. Elle se réunit du 14 au 17 juillet à Moorea dans un atelier annuel régional dont les objectifs sont de développer les capacités des femmes à influencer les politiques et les initiatives ; et de renforcer les capacités d’adaptation aux problèmes environnementaux, incluant le changement climatique.

La vocation de l’UFFO est de permettre aux associations de femmes francophones d’Océanie d’échanger entre elles et de travailler en réseau sur des sujets qui les concernent. Jusque là, en effet, les femmes francophones étaient isolées dans un Pacifique principalement anglophone. En octobre 2011, la rencontre régionale de Port-Vila a permis de fixer le programme d’action de la plateforme sur 5 ans, en définissant des thématiques annuelles de travail telles que :

  • La pauvreté et l’autonomisation économique.
  • Le leadership des femmes et la bonne gouvernance.
  • Les changements climatiques et la sécurité alimentaire.
  • La violence à l’égard des femmes.
  • La santé des femmes.

A l’issue de la première journée d’atelier du 14 juillet, l’Union – prenant en considération les impacts du changement climatique sur la santé, la sécurité alimentaire, l’héritage culturel, les conditions de vie et de bien-être des populations océaniennes – interpelle les gouvernements, les institutions politiques, coutumières et religieuses, la société civile, les partenaires de développement national, régional et international, les bailleurs de fonds afin de :

  • Reconnaitre les difficultés croissantes de nos communautés, de plus en plus vulnérables face à la montée des eaux et aux autres impacts liés au changement climatique affectant l’Océanie ;
  • Prendre toutes les mesures qui s’imposent pour prévenir et réduire leur vulnérabilité ;
  • Appliquer l’analyse genre pour examiner les besoins des populations océaniennes en terme d’adaptation au changement climatique et son impact différencié sur les femmes et les hommes ;
  • Produire et rendre accessibles les statistiques ventilées par sexe sur l’impact du changement climatique et notamment les catastrophes naturelles ;
  • Reconnaitre les déterminants sociaux de la vulnérabilité incluant les inégalités entre les hommes et les femmes qui réduisent les capacités d’adaptation des femmes et des communautés.

Retrouvez en pièce jointe le programme complet des ateliers de cette rencontre à Moorea ainsi qu’un descriptif de l’UFFO.

infos coronavirus