lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

Les élections européennes boudées à Raiatea

Publié le

POLITIQUE - Depuis 8 heures ce samedi, c’est le désert dans les douze bureaux de vote de Uturoa, Tumaraa et Taputapuatea. Et cela n’est pas une surprise, car les Européennes n’ont jamais vraiment mobilisé les électeurs de l’île sacrée.

Publié le 25/05/2019 à 15:43 - Mise à jour le 20/06/2019 à 11:44
Lecture < 1 min.

POLITIQUE - Depuis 8 heures ce samedi, c’est le désert dans les douze bureaux de vote de Uturoa, Tumaraa et Taputapuatea. Et cela n’est pas une surprise, car les Européennes n’ont jamais vraiment mobilisé les électeurs de l’île sacrée.

L’effervescence des élections territoriales de 2018 est bien loin : aujourd’hui, sur près des 10 000 inscrits sur l’ensemble des trois communes de l’île, seule une poignée d’électeurs s’est rendue aux urnes. À midi, le taux de participation n’atteignait pas les 10%. Des chiffres qui n’ont pas surpris les officiers des bureaux de vote.

« Là, à 11h30, nous sommes à environ 111 électeurs uniquement » explique Gérarld Lachaux, président du bureau de vote de Taputapuatea. « L’ambiance est calme, on attend pas trop de monde… Mais on les invite quand même à venir faire leur devoir civique. La journée risque d’être longue… » déclare Vanina Atani, secrétaire générale de Uturoa.

Préparatifs pour la fête des mères, animations dans le centre-ville, course de va’a… les activités étaient nombreuses sur l’île, et c’est peut-être l’une des raisons à ce faible taux de participation. Quant aux votants, c’est le devoir de citoyen qui a pris le dessus. « C’est un devoir, c’est un droit. Il faut s’exprimer pour pouvoir ensuite donner son avis » nous dit Catherine, une électrice. « C’est important d’exprimer son opinion concernant tout ce qu’on a pu entendre, avec au moins les éléments qu’on nous a donnés » nous dit encore André.

En 2014, des trois communes, celle d’Uturoa affichait le plus haut taux de participation avec 25,52%. Tumaraa et Taputapuatea affichaient un taux de 10,6% et 12,52%.

infos coronavirus