samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Législatives : qui est Tepuaraurii Teriitahi, la candidate de Jacquie Graffe?

Publié le

Publié le 03/03/2017 à 8:46 - Mise à jour le 03/03/2017 à 8:46
Lecture 4 minutes

Conseillère municipale de Paea, Tepuaraurii Teriitahi est issue d’une grande famille de la commune, où elle a grandi. 
Après des études de droit, elle devient institutrice et prend la tête de l’amicale de l’École normale. En 1999, elle change de voie et choisit de faire carrière à la Douane. Représentante du personnel, syndiquée, cette douanière de 40 ans aime sans cesse se dépasser. 

La politique… elle tombe dedans lors des dernières municipales. Tepuaraurii s’y intéressait mais c’est suite à un appel du maire de la commune, qui souhaitait renouveler ses équipes, qu’elle se lance : « Honorée par cette sollicitation et animée par une forte envie de m’impliquer dans le monde communal j’ai accepté sa demande. Sa liste a gagné les élections je me suis donc retrouvée conseillère municipale de la commune de Paea. J’ai alors découvert un monde passionnant: le monde communal »

Très vite, la jeune femme devient représentante de la commune au syndicat pour la promotion des communes : « je côtoie régulièrement les élus municipaux de tous les archipels avec lesquels nous échangeons sur nos difficultés quotidiennes, en particulier le décalage entre les compétences dévolues aux communes dans les textes et la réalité de notre action sur le terrain pour répondre aux besoins de nos administrés. La commune est un socle incontournable qui a besoin qu’on la consulte. C’est le message que nous avons envoyé lors du dernier congrès des communes qui s’est tenu à Taiarapu-Est à travers la résolution. J’ai activement participé à la rédaction de cette résolution. Mon animation de la table ronde au même congrès devant 150 tavana , sans langue de bois, a été unanimement salué et a fait grand bruit », explique l’élue qui ajoute « je ne suis au final pas une si grande inconnue que ça »

 

C’est Jacquie Graffe qui incite Tepuaraurii Teriitahi à présenter sa candidature aux législatives, dans la deuxième circonscription (qui englobe la partie Sud de Tahiti, entre Mahina et Paea, et les Australes) :  » Pourquoi moi? Je ne saurais répondre à sa place. Après une longue réflexion personnelle, en particulier sur ma capacité à assumer ce poste j’ai accepté sa proposition.
Nous sommes à un moment important de l’évolution réglementaire concernant la Polynésie. Des textes clés s’écrivent : la loi sur l’égalité réelle, les accords de Papeete, la DGA…et nous ne devons pas louper le coche. Etre présents dans les commissions, proposer des amendements, faire en sorte que l’on tienne compte de nos spécificités. Ces lois qui nous concernent doivent s’écrire avec nous les Polynésiens et je souhaite y veiller et y participer activement. Je veux porter la voix des Polynésiens à l’Assemblée Nationale, montrer que l’on existe »

Tepuaraurii Teriitahi n’a pour l’heure pas reçu l’investiture du Tapura Huira’atira, dont elle fait partie, et qui a choisi Nicole Sanquer. Le maintien de sa candidature pourrait diviser les voix : « Ma candidature n’est pas un caprice, ni de la part du maire de Paea, ni de ma part. Depuis novembre 2015 nous avons sollicité le parti qui a fait traîner les choses. Nous avons, au travers de 7 courriers, demandé des primaires, un entretien de sélection… afin que le choix de la candidate soit légitimé par les adhérents du parti. A nos courriers nous n’avons jamais reçu de réponses…et la candidature de Nicole Sanquer a été validée par le parti. Nous avons demandé alors que ma candidature soit autorisée par le parti en plus de celle de Nicole Sanquer qui resterait la candidate officielle. Là encore pas de réponse! Le 18 février dernier, lors de la venue du président Fritch à Paea pour l’homologation de la fédération Tapura Huira’atira (menée par le 1er adjoint de la commune, Jean-Claude Hapairai) de Paea, suite aux questionnements des adhérents, ce dernier s’est engagé devant près de 600 personnes à remettre en discussion devant le bureau exécutif ou le conseil politique les candidatures pour la seconde circonscription. 10 jours plus tard, aucun bureau politique programmé. Aucune échéance claire, comme une volonté de gagner du temps sans réelle volonté de rediscuter les choses comme annoncé. Las d’attendre, avec les encouragements de nos électeurs et de nombreux soutiens, nous avons décidé avec tavana de lancer ma candidature »

 

Pour l’heure, le nom de la liste n’est pas défini:  » après un « A Here Ia Paea » » et un « A Here Ia Papara », on s’oriente vers « A Here Ia Porinetia » »

Quant à la question des soutiens, Tepuaraurii Teriitahii précise : « Le soutien de Jacquie Graffe est un atout certain. Sans son soutien et ses conseils je ne me serai pas lancée dans la course. Je le remercie d’ailleurs de croire si fort en moi. J’ai plusieurs soutiens dans les différentes communes de la circonscription, certains affichés à l’image des élus de Papara (dont le 1er adjoint : Gaston Tunoa qui est mon suppléant) et d’autres qui restent dans l’ombre mais qui se sont manifestés. Il y a des élus de Mahina, de Teva I uta, de Taiarapu-Est, de Taiarapu-Ouest, de Hitia’a O Te ra et des Australes bien sûr. Je suis la première surprise de l’engouement que ma candidature suscite! Mon suppléant est Gaston Tunoa, 1er adjoint au maire de Papara. Dans la vie il est chef de corps de la commune de Teva I Uta. Notre premier point commun: nous sommes tous les deux porteurs d’uniformes. Nous avons oeuvré ensemble lors des municipales de Papara alors que personne ne croyait en sa liste hormis Jacquie Graffe. Nous partageons les mêmes valeurs. »

La course des législatives, dans la deuxième circonscription, se fera principalement entre femmes : Teura Iriti et Nicole Sanquer sont déjà officiellement lancées. Tepuaraurii Teriitahi s’y apprête. Valentina Cross est présentie pour représenter l’UPLD (l’annonce devrait avoir lieu lors du congrès du parti le 25 mars prochain ) :  » J’ai certes moins d’expériences qu’elles mais au moins la même volonté de défendre notre Polynésie. Comme elles, et comme beaucoup de polynésiennes, je suis une femme de caractère avec un esprit bien trempé, je sais dire les choses quand il faut les dire: sans langue de bois et j’entends bien le faire savoir à Paris! » conclut la candidate de Jacquie Graffe. 
 

Laure Philiber 
 

 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.