Le Tavini mise sur le logement pour gagner des voix

Publié le

Si deux partis éliminés de la course ont décidé de soutenir le Tavini Huiraatira pour le second tour, le parti indépendantiste souhaite aussi mobiliser celles et ceux qui ne se sont pas déplacés lors du premier tour. Pour cela rien de mieux que le porte à porte, en particulier dans les quartiers défavorisés, plus sensibles au discours du Tavini.

Publié le 20/04/2023 à 17:39 - Mise à jour le 28/12/2023 à 9:35

Si deux partis éliminés de la course ont décidé de soutenir le Tavini Huiraatira pour le second tour, le parti indépendantiste souhaite aussi mobiliser celles et ceux qui ne se sont pas déplacés lors du premier tour. Pour cela rien de mieux que le porte à porte, en particulier dans les quartiers défavorisés, plus sensibles au discours du Tavini.

À 10 jours du second tour des Territoriales, le Tavini souhaite convaincre les abstentionnistes. Une réserve de voix importante pour l’ensemble des partis puisque près de 40 % des inscrits ne se sont pas déplacés lors du premier tour, soit environ 84 000 personnes. Et c’est directement dans les quartiers les plus défavorisés, que le Tavini va les chercher. À l’image de celui de Fariipiti à Papeete : « Il y avait un taux de participation ici entre 52 et 54% au premier tour donc l’objectif c’est d’aller chercher 7% supplémentaires dans ce bureau, explique Tematai Le Gayic. L’objectif c’est d’aller les voir souvent, de leur expliquer que par le vote ils peuvent aussi changer les gouvernants. »

Avec un score plutôt faible dans les archipels éloignés, le Tavini compte sur les diasporas de Tahiti pour relayer son message. « Le Tavini Huira’atira, pendant longtemps, était un parti sans beaucoup de moyens donc pas forcément le temps d’aller dans toutes les îles. Et par le biais de venir rencontrer ces familles des îles, des tuhaa Pae par exemple. À la Mission ce sont des paumotu ou des Marquisiens. C’est les sensibiliser eux ensuite qui vont sensibiliser leurs familles dans les îles. C’est un moyen pour nous de les toucher sans forcément aller les rencontrer du fait du court temps qu’il nous reste avant le second tour. »

Comme d’autres quartiers sur Tahiti, Fariipiti et ses habitants souffrent d’infrastructures vieillissantes, voire insalubres. Une détresse sociale qui accentue cette défiance chronique de la vie politique. Pour y remédier, le Tavini propose la mise à disposition des terres domaniales : « Il y en a qui habitent à 5, 10, 15, 20 dans la même maison. C’est de trouver pour celles et ceux qui souhaitent sortir des logements familiaux, des logements intermédiaires ou des logements sociaux. Ce qu’on propose, c’est qu’il y ait une distinction entre le bâti et le foncier. Ça peut aussi permettre de réduire l’inflation. C’est-à-dire qu’on va proposer à des familles d’aller sur des terres domaniales. Soit ils construisent, soit ils achètent le logement social ou intermédiaire. Ils vont devenir propriétaires du bâti, ils pourront le revendre plus tard mais ils ne sont pas propriétaires du foncier donc on retire du prix de l’immobilier le foncier et le foncier reste dans le domaine du territoire. »

Selon les estimations, il manque 15 000 logements en Polynésie pour répondre à la demande.

Dernières news

Activer le son Couper le son