mercredi 4 août 2021
A VOIR

|

Le Tavini considère la table ronde du nucléaire comme un échec

Publié le

En France pour des travaux parlementaires, le député indépendantiste Moetai Brotherson indique ne pas être convaincu par les propositions formulées par l’État à l'occasion de la table ronde de haut niveau sur le nucléaire.

Publié le 03/07/2021 à 11:50 - Mise à jour le 03/07/2021 à 11:50
Lecture < 1 min.

En France pour des travaux parlementaires, le député indépendantiste Moetai Brotherson indique ne pas être convaincu par les propositions formulées par l’État à l'occasion de la table ronde de haut niveau sur le nucléaire.

La table ronde sur les conséquences des essais nucléaires s’est achevée hier soir. La délégation Reko Tika tire un bilan positif de ses rencontres avec le président de la République et trois ministres. Et elle attend des annonces fortes du chef de l’État à la fin du mois, sur le remboursement des frais de la CPS liés aux maladies radio-induites, ou sur la création d’un Institut du cancer.

Ces rencontres se sont tenues sans les associations antinucléaire et le Tavini Huiraatira, qui ont refusé d’y participer. Le député indépendantiste Moetai Brotherson est en France pour des travaux parlementaires. Il n’a pas été convaincu par les propositions formulées par l’État.

“Qu’est-ce qu’on a entendu ? On a entendu qu’il n’y a pas eu de mensonge d’État. Entendre ça en 2021, c’est surréaliste, lance Moetai Brotherson. On a entendu qu’il n’y aurait pas de demande de pardon. Le président Macron est allé présenter sa demande de pardon au Rwanda, mais nous on n’y aura pas droit. Ensuite on a entendu des promesses qui n’engagent que ceux qui y croient, des promesses pas chères. La réouverture des archives, c’est un dossier qui était déjà en cours et qui est pendant au Conseil d’État. Ça n’a rien à voir avec la table ronde. Et puis le remboursement annoncé d’une partie infime des frais de la CPS, encore faut-il que ça passe en loi de finances, que les mécanismes soient autorisés. Là encore, je n’y crois pas.”

infos coronavirus