Le Tapura interpelle Moetai Brotherson sur la nomination du nouveau directeur de l’OPH

Publié le

Dans une question écrite, la représentante Tapura Tepuaraurii Teriitahi interpelle le président du Pays, Moetai Brotherson, sur la nomination du nouveau directeur de l’Office Polynésien de l’Habitat (OPH), Yan Jambet. Un homme « condamné par une juridiction civile » dont la « probité » est par conséquent mise en cause.

Publié le 13/09/2023 à 9:47 - Mise à jour le 14/09/2023 à 9:52

Dans une question écrite, la représentante Tapura Tepuaraurii Teriitahi interpelle le président du Pays, Moetai Brotherson, sur la nomination du nouveau directeur de l’Office Polynésien de l’Habitat (OPH), Yan Jambet. Un homme « condamné par une juridiction civile » dont la « probité » est par conséquent mise en cause.

La nomination de Yan Jambet à la tête de l’OPH, le mois dernier, fait des vagues. Comme l’ont révélé nos confrères de Tahiti Infos, celui-ci a été condamné par une juridiction civile à rembourser 6 millions de francs « détournés en imitant la signature de son ancien employeur ». Ce qui interroge dans les bancs de l’opposition.

« Interrogé sur le sujet par vos ministres et par la presse, vous avez justifié tout votre soutien à M. Jambet au prétexte que son casier judiciaire était vierge. Vous ne pouvez pas ignorer qu’une condamnation au civil n’est pas portée au casier judiciaire et qu’ainsi votre argument n’est pas recevable », écrit Tepuaraurii Teriitahi qui estime que la « probité » de l’intéressé « est gravement et durablement mise en doute puisqu’il a reconnu avoir soustrait des fonds au moyen d’une fausse signature ».

« Quand vous étiez député, vous avez ardemment défendu à l’Assemblée nationale une proposition de loi visant à rendre inéligible à vie un élu condamné (…) Par ailleurs, dans votre programme pour ces dernières élections territoriales, vous vous êtes engagé à ‘promouvoir l’intégrité et l’éthique dans les affaires publiques’. Aussi, faut-il comprendre que pour vous la probité ne concerne que les élus, et que Ton peut faire des concessions pour les directeurs d’établissements publics amenés, dans le cas d’espèce, à gérer annuellement près de 15 milliards de fonds publics ? », demande la représentante. « Pouvez-vous nous expliquer, malgré vos engagements politiques et publics, pourquoi vous avez défendu avec tant d’ardeur la candidature de Yan Jambet à la direction de l’OPH ? », ajoute l’élue en s’adressant au président du Pays.

– PUBLICITE –

Toujours selon nos confrères de Tahiti Infos, cette nomination suscite aussi des remous au sein du Tavini. Un comité de majorité demande ainsi au chef de l’exécutif de démettre le nouveau directeur de l’Office de ses fonctions.

Dernières news