vendredi 3 décembre 2021
A VOIR

|

Le budget Outre-mer 2022 adopté à l’Assemblée nationale

Publié le

L'Assemblée nationale a adopté ce mardi à Paris le budget Outre-mer de la loi de finances pour 2022. Un budget de 2,4 milliards d'euros (environ 288 milliards de Fcfp). Le gouvernement et les députés ont estimé que cette somme ne représente que 10% de tout ce que la métropole investit dans les salaires des professeurs ou encore pour les crédits des autres missions, pour ne citer qu'eux.

Publié le 09/11/2021 à 16:34 - Mise à jour le 09/11/2021 à 16:34
Lecture 2 minutes

L'Assemblée nationale a adopté ce mardi à Paris le budget Outre-mer de la loi de finances pour 2022. Un budget de 2,4 milliards d'euros (environ 288 milliards de Fcfp). Le gouvernement et les députés ont estimé que cette somme ne représente que 10% de tout ce que la métropole investit dans les salaires des professeurs ou encore pour les crédits des autres missions, pour ne citer qu'eux.

L’ambiance était tendue à l’Assemblée nationale entre le gouvernement d’un côté, inflexible, et les élus d’Outre-mer qui n’ont pas réussi à faire passer d’amendements, de modifications du budget, comme par exemple, les aides à la continuité territoriale. “Cet amendement vise directement à proposer, à demander à ce que l’État abonde aux cotés du territoire de la Polynésie française et des contribuables polynésiens le fonds de continuité territoriale aérienne interinsulaire” a déclaré Philippe Dunoyer, député Nouvelle-Calédonie (UDI et indépendants). “J’avais déjà indiqué au député que ce n’était pas la compétence de l’État, donc avis défavorable” lui a répondu Sébastien Lecornu, ministre des Outre-Mer. “Quand ça vous arrange, effectivement, on nous appose ce principe de l’autonomie de la compétence de nos territoires, mais dans l’autre sens, il y a énormément de dispositifs aujourd’hui qui sont pas du tout sur les mêmes règles entre les DOM et nous” a rétorqué la députée UDI Maina Sage.

Même s’il n’a pas fait consensus, le budget Outre-mer n’a pas non plus réservé de mauvaises surprises. On y trouve bien le prêt garanti par l’État de 300 millions d’euros (36 milliards de Fcfp) à la Polynésie française. “Aujourd’hui, le pays estime qu’il est en capacité de prendre ce prêt. Nous sommes dans une situation exceptionnelle. Il faut des moyens exceptionnels. On voit très bien comment ces dispositifs ont fonctionné ici dans l’Hexagone pour soutenir la demande, soutenir aussi l’économie tant bien que mal, en sachant que maintenant nous sommes dans la phase de reconstruction de ces économies” a indiqué Maina Sage.

Comme promis, le gouvernement a déposé un amendement qui ajoute 5 millions d’euros (599,6 millions de Fcfp) au budget afin de permettre à la nouvelle compagnie du Service militaire adapté de s’installer à Hao, dans les Tuamotu. Cet amendement du gouvernement n’est que l’un des deux seuls amendements qui a été voté par le Parlement. Plus de 80 avaient été proposés par les députés.

infos coronavirus