dimanche 5 juillet 2020
A VOIR

|

L’association 193 a finalement rencontré Annick Girardin

Publié le

Publié le 01/03/2019 à 16:22 - Mise à jour le 01/03/2019 à 16:22
Lecture 2 minutes

C’est très tôt ce samedi, que les membres de l’association 193 ont eu l’occasion de s’entretenir avec la ministre des Outre-mer Annick Girardin. Ils lui ont présenté trois revendications principales liées au nucléaire.

La première concerne le toilettage du statut. Selon l’association, cette nouvelle mouture exempte la France de sa totale responsabilité quant aux dégâts causés par les essais. « Ce fameux toilettage du statut de la Polynésie est pour nous un nouveau mensonge, a asséné le père Auguste, à l’issue de cette réunion. Faire croire que la Polynésie a contribué signifie tout simplement qu’on n’a plus rien à dire, or pour nous la reconnaissance n’est pas une contribution. On nous a imposé ces essais nucléaires et ils n’ont pas le droit de réécrire l’histoire de ce pays dans ce sens-là. »

Le deuxième point porte sur les amendements déposés par la sénatrice Lana Tetuanui. L’association estime qu’ils pourraient remettre en question la suppression de la notion de risque négligeable de la loi Morin. « Entre le fait que le Civen reconnaît que toute une population a reçu près de 17 mSv et entre le fait que la loi dit que la réparation doit aller jusqu’à présent au 31 décembre 1998 alors que tous les dossiers des personnes nées après 1974 sont rejetés, comme si le problème du nucléaire s’est arrêté en 74… Et donc on ne comprend pas, a soufflé le père Auguste. C’est au malade à prouver ce fameux 1 mSv et comme tous les habitants de ce pays sont dans l’incapacité de prouver ce fameux 1 mSv, ça revient encore à dire que c’est à l’État de décider si toi tu es malade ou si toi tu n’es pas malade des essais nucléaires. »

Le dernier point portait quant à lui sur les maladies transgénérationnelles qui, pour les membres de 193, sont en lien avec les essais. 
 
À l’issue de cette rencontre, la ministre a rejoint l’aéroport sans faire de déclaration. Mais vendredi soir, Annick Girardin s’était félicitée d’une évolution positive des indemnisations versées aux victimes des essais nucléaires.
 
« Je suis assez fière de ce qu’on a pu faire depuis les 20 derniers mois, avait-elle déclaré à l’issue du Forum des PTOM-UE. Le travail avait commencé bien avant, mais sur ces 20 derniers mois, dans une dynamique de l’Accord de l’Élysée, on a avancé sur les indemnisations des victimes du nucléaire, on a avancé sur le centre de mémoire, on a avancé sur le statut de la Calédonie et je crois que chacun peut comprendre qu’avec le président Fritch et l’ensemble des parlementaires, nous avons un travail régulier. »
 
 

Rédaction web avec Hitiura Mervin
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un virus de grippe porcine découvert comme propice à...

Des chercheurs ont découvert une souche de virus de grippe porcine en Chine présentant toutes les caractéristiques capables de provoquer une future pandémie, selon une étude parue lundi dans la revue scientifique américaine PNAS.

100 personnes sur le dernier vol de continuité territoriale

500 personnes souhaitant rentrer en Polynésie française ont été contactées pour ce dernier vol. Au final, 100 personnes ont répondu favorablement et sont arrivées hier soir à Tahiti par le neuvième et dernier vol de continuité territoriale affrété par l’État et opéré par la compagnie Air Tahiti Nui, en provenance de Paris CDG, via Vancouver.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV