dimanche 26 juin 2022
A VOIR

|

La guerre des Primaires est déclarée

Publié le

Publié le 16/11/2016 à 15:45 - Mise à jour le 16/11/2016 à 15:45
Lecture 2 minutes

Pour appuyer ses dires, il énumère ce qui pour lui s’apparente à “un déni de démocratie” : “Treize bureaux de votes au lieu des 88 prévus, (…) et ceux-ci installés dans des bastions du Tapura”. Gaston Flosse voit dans ce revirement l’ombre d’Edouard Fritch.

S’interrogeant, “Pourquoi il y a t-il un bureau de vote à Pirae, à Papeete et pas à Faa’a. Pourquoi aux Australes, l’île qui a été choisie n’est pas Tubuai, qui a à sa tête un maire Tahoera’a, mais Rurutu, l’île dont le maire est Frédéric Rivetta membre du Tapura“. Tels sont les arguments de Gaston Flosse pour conforter ses insinuations.

Pour l’ex homme fort du Pays, “cela s’apparente à de la magouille”. Fort de ce constat, il a informé Les Républicains à Paris, que pour sa part, “il ne déposera pas de recours, mais qu’eux, s’ils le veulent, peuvent le faire.”

Histoire de savonner un peu plus la planche de son ex-dauphin, Gaston Flosse lâche, mine de rien, “Edouard Fritch dit aujourd’hui que si c’est Sarkozy qui est le candidat des Républicains, il fera voter pour le Front national”.

Information qui fait suite à un courrier d’Éric Minardi, représentant du Front National en Polynésie, adressé à ses sympathisants. Dans celui-ci, il indique avoir rencontré Edouard Fritch qui lui aurait “confié” que si Nicolas Sarkozy sortait vainqueur des primaires de la droite et du centre, il appellerait à voter Marine Le Pen.

Courrier qui, une fois passé entre les mains de Gaston Flosse, a été transféré à… Alain Juppé, le candidat que soutient Edouard Fritch via le Tapura.

Contacté, l’entourage d’Edouard Fritch, dément l’information.
 

Rédaction Web avec Laure Philiber

infos coronavirus