jeudi 22 octobre 2020
A VOIR

|

La commission des finances de l’assemblée approuve l’augmentation du budget 2019 du Pays

Publié le

Publié le 25/10/2019 à 15:30 - Mise à jour le 28/10/2019 à 8:46
Lecture 2 minutes

Le Vice-président de la Polynésie française, ministre de l’Economie et des finances, Teva Rohfritsch, a présenté, jeudi à la Commission de l’économie, des finances, du budget et de la fonction publique de l’assemblée de Polynésie française, le 4e et dernier collectif budgétaire de l’année.

Cette modification qui augmente le budget 2019 de 1,855 milliard de Fcfp répond au double objectif de permettre la finalisation de projets initiés et d’apporter le soutien du Pays à certains établissements présentant des difficultés.

Le budget de fonctionnement est ainsi complété de 680,9 millions de Fcfp permettant notamment d’accorder des subventions au CHPF (320 millions de Fcfp) et au régime des salariés au titre de l’allocation complémentaire de retraite (187 millions de Fcfp).

En investissement, le montant global des autorisations de programme est augmenté de 3,334 milliards de Fcfp dans le secteur de la santé (+ 1,183 milliard de Fcfp pour du matériel médical dont un scanner pour l’hôpital de Taiohae), pour la création de lieux de mémoire des essais nucléaires (+120 millions de Fcfp), pour une avance en compte courant remboursable à l’huilerie de Tahiti (+ 670 millions de Fcfp) et pour une subvention de 60 millions de Fcfp à la Fédération d’entraide polynésienne de sauvetage en mer (FEPSM) pour l’acquisition d’une vedette de sauvetage et d’assistance médicale. Ce dernier équipement sera cofinancé à parité par l’Etat et le Pays.

Cette modification du budget est financée en quasi-totalité par un prélèvement sur les réserves qui s’élèveront alors à 10,711 milliards de Fcfp.

Les membres de la commission ont approuvé le projet de modification budgétaire qui sera présenté en assemblée plénière le 28 octobre prochain.

Le débat d’orientation budgétaire pour l’exercice 2020 aussi présenté en commission

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, assisté du Vice-président, Teva Rohfritsch et de l’ensemble du gouvernement a présenté aux membres de la commission de l’économie, des finances, du budget et de la fonction publique, le rapport préalable au débat d’orientation budgétaire pour l’exercice 2020 qui se tiendra en séance plénière le 29 octobre prochain.

Prévu par la loi organique statutaire, le débat d’orientation budgétaire, communément appelé le DOB, est l’étape qui ouvre les débats budgétaires. Il est l’occasion pour le gouvernement de présenter ses orientations pour l’exercice à venir, et d’engager une discussion avec les élus de l’assemblée de la Polynésie française sur lesdites orientations.

Ce débat doit se tenir dans les deux mois précédant le dépôt du projet de budget primitif pour l’exercice n+1. Le rapport qui a été déposé pour l’année 2020 se compose, comme à l’accoutumée, de deux tomes.

Le premier tome présente l’environnement économique international et national dans lequel évolue la Polynésie française, et les perspectives intérieures desquelles découlent les éléments de construction du budget.

Le second tome appelé « Plan annuel de performance (PAP) » décrit les grands objectifs de politique sectorielle classés par mission et programme composant la nomenclature budgétaire. Pour l’année 2020, pas moins de 263 objectifs ont été déclinés par le président et son gouvernement qui ont pu exposer les actions annuelles et pluri-annuelles mises en œuvre.

infos coronavirus

Les programmes des vols internationaux d’octobre 2020 à mars 2021

Les compagnies aériennes internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Hiver 2020-2021, courant du 25 octobre 2020 au 27 mars 2021. Ces programmes de vols s’inscrivent dans le contexte de la pandémie mondiale de la Covid-19.

Covid-19 : quels protocoles sanitaires pour les infirmiers libéraux à Raiatea ?

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.