lundi 25 mai 2020
A VOIR

|

Jacquie Graffe : retour sur ses 45 ans à la tête de Paea

Publié le

Il est entré dans le conseil municipal de Paea en 1972, et n'en est plus jamais sorti... Jacquie Graffe, a été élu maire de la commune en 1975. Après 45 ans à la tête de Paea, il briguait un nouveau mandat... Retour sur la carrière politique du doyen des tavana du fenua.

Publié le 22/05/2020 à 11:16 - Mise à jour le 22/05/2020 à 16:45
Lecture 3 minutes

Il est entré dans le conseil municipal de Paea en 1972, et n'en est plus jamais sorti... Jacquie Graffe, a été élu maire de la commune en 1975. Après 45 ans à la tête de Paea, il briguait un nouveau mandat... Retour sur la carrière politique du doyen des tavana du fenua.

Passionné de football et de pêche, Jacquie Graffe s’est lancé en politique par la force des choses. Élevé par ses grands parents, il embarque très jeune sur des navires où il participe à l’entretien puis à la pêche, afin d’aider sa famille. Un travail qui devient rapidement une passion : à 23 ans, il achète son premier bonitier. Jusqu’au bout, la mer a occupé une place importante dans le cœur de Jacquie Graffe, que l’on retrouvait souvent à la marina communale.

Mais c’est le football et surtout son métier de greffier qui ont ouvert, à Jacquie Graffe, des perspectives politiques : « J’ai commencé à travailler très jeune, et quand j’ai commencé à travailler au tribunal, j’ai compris que je pouvais être utile aux autres, et notamment à la population de Paea » nous racontait le maire lors d’un entretien en mars 2019.

« Tout le monde venait me voir pour essayer de trouver des solutions à leurs problèmes. C’était à l’époque où le président de la République avait sorti un décret pour naturaliser les Chinois. J’avais, dans mon bureau, des centaines de Chinois avec qui j’ai sympathisé, et je me suis dit que je devenais quelqu’un d’important dans la vie publique des gens. Je me suis alors dit : pourquoi ne pas me présenter un jour quelque part, et là, j’ai reçu la visite de l’ancien tavana de Paea, qui m’a alors proposé d’être sur sa liste. J’ai préparé les élections avec lui. Nous avons été élus. Je suis devenu adjoint en 1972. Un an après, il est décédé. Je n’ai pas essayé de prendre la succession. Un autre maire a été élu, et il est aussi décédé. On est alors venu me chercher pour le remplacer. J’ai hésité parce que je me basais sur le principe de ‘jamais deux sans trois’… j’avais un peu peur… j’ai quand même accepté en me disant : si je dois rejoindre le Seigneur, je le ferai toujours assez tôt. »

Depuis 1975, Jacquie Graffe a été réélu 7 fois.

A lui seul il incarne un demi-siècle de l’histoire de Paea.

En 1982, il entre à l’Assemblée de la Polynésie, où il était toujours représentant au sein de la majorité. 

Avec une interruption entre 2004 et 2013. Jacquie Graffe est alors nommé ministre des Transports de Gaston Flosse.

Puis il fera partie de l’aventure Tapura Huira’atira, dont il a été l’un des membres fondateurs.

L’an dernier, alors qu’il nous annonçait vouloir briguer un nouveau mandat, le 8ème, il faisait un bilan du chemin réalisé en tant que tavana : « En l’espace de 44 ans, j’ai quand même fait du bon travail dans la commune. Même si les temps sont compliqués, sont difficiles… je pense que je me suis tout de même intéressé à tout le monde et je pense que la commune roule bien en ce moment ».

En février dernier, alors qu’il lançait sa liste A here Ia Paea, il nous confiait : « Pourquoi m’arrêterais-je ? Je n’ai pas fini de servir ma commune, et les habitants de Paea me demandent de rester. Ce sont eux qui décideront si je continue ou pas ! »

Lire aussi > Décès de Jacquie Graffe : réactions et hommages des politiques

Jacquie Graffe et sa liste étaient arrivés en tête au 1er tour des élections, le 15 mars dernier. Mais sa santé étant fragile, elle ne lui aura pas permis d’arriver jusqu’au 2ème tour. À Paea, la tradition veut que l’on soit maire… à vie…

Deux soirées de veillée sont prévues ce vendredi et samedi. Les obsèques de Jacquie Graffe auront lieu dimanche, au cimetière familial, servitude Bremond, à 11 heures.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La Nouvelle-Zélande évoque la semaine de quatre jours pour...

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a évoqué mercredi la possibilité pour les salariés de bénéficier de jours fériés supplémentaires et d'une semaine de travail de quatre jours afin de relancer l'économie durement frappée par sept semaines de confinement.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV