mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Heremoana Maamaatuaiahutapu a été reçu par la ministre des Outre-mer

Publié le

Publié le 15/06/2015 à 9:27 - Mise à jour le 15/06/2015 à 9:27
Lecture 2 minutes

Le ministre de la Promotion des langues, de la Culture, de la Communication et de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu a été reçu mardi après-midi à Paris, par la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, annonce la présidence dans un communiqué.
 
Cette première rencontre entre les deux ministres a permis, durant une heure et demie, de faire un large tour d’horizon des dossiers polynésiens. « Nous avons fait le point sur les conventions en matière de culture et d’environnement, que nous souhaitons réactiver ou affiner », a indiqué Heremoana Maamaatuaiahutapu à l’issue de la réunion.
 
Dans le domaine culturel, le ministre polynésien a ainsi précisé que la convention-cadre entre l’Etat et le Pays, conclu en 1993, était caduque depuis plus de dix ans. Heremoana Maamaatuaiahutapu a fait part à George Pau-Langevin de sa volonté d’établir à nouveau un partenariat avec le gouvernement central, dans la perspective notamment de l’évolution des structures culturelles polynésiennes.
 
« Nous souhaitons pouvoir nous appuyer sur un soutien de l’Etat, en particulier sous forme d’expertise, pour voir par exemple comment faire évoluer le Musée de Tahiti et des îles ou le Conservatoire », a estimé le ministre, dont la proposition a reçu un accueil favorable de George Pau-Langevin.
 
Heremoana Maamaatuaiahutapu a également insisté sur sa volonté de développer la promotion du Reo Ma’ohi. « Des mesures vont être mises en place en métropole dans le domaine des langues régionales. Pourquoi ne pas s’en inspirer », a-t-il estimé.

 
Les discussions ont par ailleurs porté sur l’environnement, dans le domaine duquel, une convention-cadre existe déjà entre l’Etat et le Pays. Heremoana Maamaatuaiahutapu a néanmoins exprimé son souhait de réétudier les modalités d’application de l’accord, dans l’objectif d’optimiser son application sur le terrain. Le ministre polynésien abordera ces sujets mercredi aux ministères de la Culture et de l’Ecologie.
 
L’entretien a d’autre part été l’occasion d’aborder le dossier de classement à l’Unesco du marae de Taputapuatea, qui sera présenté en début de semaine prochaine au Comité national des biens français du patrimoine mondial.
 
Le ministre polynésien sera accompagné par le président du Pays, le maire de Taputapuatea et le Haut-commissaire. « L’objectif est de convaincre la commission de porter le dossier auprès de l’Unesco. Je suis très confiant. Nous nous sommes entourés de gens compétents pour préparer le dossier et nous avons le soutien de la ministre qui est rassurée quant à la qualité du dossier et l’intérêt de classer ce site », a souligné Heremoana Maamaatuaiahutapu.
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV