vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Gaston Flosse : « Edouard Fritch est une machine électorale »

Publié le

Publié le 29/05/2017 à 14:10 - Mise à jour le 29/05/2017 à 14:10
Lecture 2 minutes

« Edouard Fritch a un Bac + 30! 30 années à mes côtés et à observer… et la seule chose qu’il a retenu de ces années d’école, c’est « comment gagner les élections ». Et là, je dois dire qu’il a battu son maître », s’est exclamé Gaston Flosse, ce mardi, à l’adresse, du président du Pays. Le leader orange reproche à Edouard Fritch d’être devenu une véritable « machine électorale ». Car pour le président du Tahoera’a Huira’atira, remporter des élections est bien la seule réussite dont est capable son homologue du Tapura.

Il l’accuse de s’être empressé de partir « en pèlerinage à Paris » dès l’élection d’Emmanuel Macron, alors que  « le Pays est abandonné, tout est en panne, l’éclairage dysfonctionne, les toilettes de Vaiete sont restées fermées durant un mois… » Il n’en faut pas moins à Gaston Flosse pour réclamer ni plus ni moins que la démission d’Édouard Fritch et lui suggérer de laisser le pouvoir « à ceux qui ont envie de travailler »… autrement dit, lui-même. 

Une déclaration qui vient clore une campagne pour les élections législatives qui s’était déjà ouverte par des accusations du camp Orange envers son adversaire… Il menaçait de déposer des recours en raison de procurations qu’il jugeait trop nombreuses. 

Gaston Flosse a également évoqué le mouvement des pompiers aéroportuaires entamé il y a 15 jours. Il s’inscrit contre l’action des grévistes et des centrales syndicales. Et dément que l’envoi d’une partie des certificats d’arrêt de travail des pompiers ait été sciemment effectué depuis une mairie orange, comme l’avait relevé le président du Pays… 
 

Laure Philiber

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu