dimanche 16 mai 2021
A VOIR

|

Flosse soutient Sarkozy : « reniement politique » selon le Tapura

Publié le

Publié le 11/10/2016 à 9:33 - Mise à jour le 11/10/2016 à 9:33
Lecture 2 minutes

Pour le Tapura Huiraatira, l’alliance de Gaston Flosse et Nicolas Sarkozy est un nouveau « reniement politique » de la part de l’ancien président du Pays. « Gaston Flosse nous a habitué à tous les reniements politiques. Ça continue ! Après avoir fait approuver par son congrès le soutien à la candidature d’Alain Juppé, disant au passage qu’il était « hors de question de soutenir Nicolas Sarkozy à qui la Polynésie doit une grande partie de ses problèmes », il vient d’opérer un revirement total en se ralliant à l’ancien président de la République. Quelle girouette ! »

Pour le parti d’Edouard Fritch, ce soutien du Tahoeraa à Nicolas Sarkozy a été fait sans l’approbation des militants du parti orange. « Les militants du Tahoeraa Huiraatira apprécieront sans doute à sa juste valeur ce nouveau caprice du prince qui ne leur a rien demandé pour renier l’approbation du congrès. Tout comme il avait procédé pour sceller en catimini son alliance du 7/7/7 avec Oscar Temaru, après avoir fait le serment public que jamais il ne s’allierait aux indépendantistes ! Les mêmes coups tordus produiront-ils les mêmes effets ? »

Le Tapura Huiraatira se pose des questions sur cette alliance : « Connaissant Gaston Flosse, ce revirement ne s’est pas fait sans négociation. Est-ce la promesse d’une hypothétique investiture de ses candidats pour les législatives, ou faut-il y voir autre chose ?
Est-ce que Gaston Flosse qui reprochait à Nicolas Sarkozy d’être à l’origine de tous ses déboires judiciaires a trouvé un terrain d’entente ? Est-ce qu’on lui aurait promis de faire ce que François Hollande s’est refusé de faire ? »

Pour le parti d’Edouard Fritch, c’est la preuve que Gaston Flosse n’a plus « aucune morale politique et qu’il est prêt à toutes les compromissions pour satisfaire ses intérêts personnels ».

Rédaction web avec communiqué de presse

infos coronavirus