jeudi 13 mai 2021
A VOIR

|

Essais nucléaires : une table ronde, pour quoi et avec qui ?

Publié le

Lors de sa dernière visite en métropole, Edouard Fritch a proposé à Emmanuel Macron une table ronde, afin de faire la lumière sur les zones d'ombres des essais nucléaires. Prévue fin juin, elle sera présidée par le Chef de l'Etat lui-même. Qui seront les participants ? Et dans quel but ?

Publié le 13/04/2021 à 17:11 - Mise à jour le 13/04/2021 à 17:30
Lecture 3 minutes

Lors de sa dernière visite en métropole, Edouard Fritch a proposé à Emmanuel Macron une table ronde, afin de faire la lumière sur les zones d'ombres des essais nucléaires. Prévue fin juin, elle sera présidée par le Chef de l'Etat lui-même. Qui seront les participants ? Et dans quel but ?

La décision a été prise par le Emmanuel Macron et Edouard Fritch, lors de leur rencontre en métropole, fin mars. Pour le Pays, l’objectif est d’apporter « vérité et justice » à travers plusieurs thématiques, comme l’explique Edouard Fritch.

« Je pense que pour que cette table ronde puisse bien fonctionner, effectivement il faut définir deux thèmes. Le premier thème étant celui de l’Histoire des essais nucléaires ici, en Polynésie française : la décision, les essais et l’après-CEP. Et puis, un deuxième volet, qui serait un volet beaucoup plus d’accompagnement. Un accompagnement de l’Etat ».

« Sur le premier volet, c’est là que nous attendons la vérité sur ce qui s’est réellement passé, sur les accidents qui ont eu lieu, et sur les conséquences qu’on peut attendre des essais nucléaires. Sur le deuxième volet, nous avons déjà commencé à discuter avec l’Etat puisqu’il y a une dette qui est payée actuellement à hauteur de 18 milliards de Fcfp. Mais je pense qu’il faut distinguer, là aussi, 4 volets différents : l’accompagnement social, l’accompagnement économique dans un deuxième volet, un troisième volet sur l’environnement, parce qu’il y a des conséquences que nous connaissons sur l’environnement en Polynésie ; et puis, le dernier volet, le plus important naturellement, c’est celui de la santé. Il faut, à mon avis, que nous nous organisions sur cela ».

« Il nous faut continuer de croire en l’Etat »

Edouard Fritch, Président de la Polynésie française

A propos de la défiance d’une partie de la population vis-à-vis de l’Etat, en particulier après les révélations de Disclose, Edouard Fritch se dit conscient que « certaines personnes demandent le pardon [de l’Etat]. Mais je crois que ce qui est important aujourd’hui, c’est la suite du pardon, c’est ce qu’il va se passer après. Parce qu’effectivement, les conséquences du nucléaire sont là, il nous faut trouver des solutions, il nous faut continuer de croire en l’Etat ».

« Je pense que si le Président Macron a décidé de présider cette table ronde, c’est qu’il veut lui aussi qu’on mette à plat tous ces problèmes et qu’on puisse lever toute ambiguïté sur ce qui peut se dire au sujet des essais. Et puis il y a la partie avenir de la Polynésie française qui, pour moi, est la plus importante ! Les 10-15 années à venir, qu’est-ce qu’on va faire ? Sur quoi on peut compter pour que l’Etat accompagne la Polynésie ? ».

Si la liste des participants à cette table ronde n’est pas encore arrêtée, la présence de certains acteurs est déjà envisagée par Edouard Fritch. Parmi eux, les représentants du Coscen, ou encore des associations concernées par les essais nucléaires, comme Moruroa e Tatou ou l’association 193.

« Je veux que toutes les forces vives du Pays puissent s’exprimer »

Edouard Fritch, Président de la Polynésie française

« Je pense inviter, bien sûr, les institutions du Pays, l’Assemblée territoriale, un membre du Gouvernement, le CESE » a poursuivi le Président. « Je pense mettre autour de la table – et c’est ce que j’ai proposé au Président Macron – un ou deux responsables des confessions religieuses, […] un ou deux responsables du MEDEF […]. Ce sera un tour de table très large. Je lui ai dit qu’il y aurait au moins une vingtaine de personnes avec un maximum de 30 personnes ».

« Je veux que toutes les forces vives du Pays puissent s’exprimer à cette occasion. Le sujet aujourd’hui, c’est de s’y préparer. J’ai, à mon niveau, préparé une équipe et je pense que dès la semaine prochaine, nous commencerons à contacter les autres ».

La question du nucléaire devrait être abordée dans quelques semaines avec le Ministre des Outre-Mer. Sébastien Lecornu est attendu en Polynésie du 6 au 16 mai. Emmanuel Macron, lui, pourrait venir au fenua en août.

infos coronavirus