samedi 8 mai 2021
A VOIR

|

Emmanuel Macron viendra au cours du quinquennat, assure Sébastien Lecornu

Publié le

Publié le 13/09/2017 à 5:39 - Mise à jour le 13/09/2017 à 5:39
Lecture 2 minutes

La Polynésie française est en avance sur la métropole en matière de transition énergétique, a reconnu le Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire Sébastien Lecornu, lors d’un discours face aux forces vives du Fenua.

« Vous êtes en avance sur cette question de la transition énergétique, il faut maintenir cette avance, c’est une fierté » a-t-il déclaré. Trente-quatre pour cent de l’énergie consommée en Polynésie est renouvelable (18,8% en métropole).
La Polynésie française compte encore développer la part des énergies renouvelables (essentiellement hydraulique et solaire) dans sa consommation globale, pour atteindre 50% en 2020 et 75% en 2030. En France, l’ambition est d’atteindre 50% d’énergie non nucléaire en 2025, et la neutralité carbone en 2050.

La Polynésie française est aussi en pointe, au plan mondial, sur la technologie du SWAC : ce système de climatisation par les eaux profondes de l’océan est déjà utilisé dans deux hôtels et le sera à l’hôpital.

A Paris, le sommet du 12 décembre célébrera les deux ans de l’Accord de Paris sur le climat, tout en le rendant « irréversible » et en « contraignant son financement » a déclaré Sébastien Lecornu. Le financement du fonds vert est devenu une inquiétude majeure pour les îles du Pacifique depuis le désengagement des Etats-Unis, qui en finançaient près du tiers.

Avant la Polynésie française, Sébastien Lecornu s’était rendu aux Samoa, puis à Wallis et Futuna, dont il avait pu constater le développement paradoxal : Futuna sera bientôt connectée au très haut débit via un câble sous-marin, mais ne dispose pas encore d’un réseau d’eau potable. Seuls 3,5% de l’énergie consommée à Wallis et Futuna est renouvelable, mais ces îles visent « 50% en 2030 et 100% en 2050 » selon le Secrétaire d’Etat.

Mike Leyral

infos coronavirus